Marseille

Réseaux d'accompagnement

Interview Fatima Molina (The Repère) : "Nous avons lancé la première marketplace de femmes entrepreneuses"

Entretien avec Fatima Molina, fondatrice de The Repère

Propos recueillis par Hélène Lascols - 22 novembre 2023

C’est bien plus qu’un réseau dédié aux femmes chefs d’entreprise que vient de lancer Fatima Molina, par ailleurs dirigeante de l’entreprise marseillaise Chicmum organisation. The Repère a été pensé comme une plateforme nationale alliant visibilité, business et entraide pour permettre aux femmes qui entreprennent de réussir.

Fatima Molina, fondatrice de The Repère.
Fatima Molina, fondatrice de The Repère. — Photo : AS Photographie

Comment est née The Repère, cette nouvelle plateforme lancée en octobre 2023 ?

Depuis deux ans que j’ai créé mon agence Chicmum Organisation, spécialisée en méthodes d’organisation et communication, j’ai rencontré beaucoup de femmes qui se donnent du mal pour réussir leur projet d’entreprise. Toutefois, elles manquent souvent de moyens, notamment pour investir dans leur visibilité et elles sont bien souvent isolées. C’est à partir de ce double constat qu’est née la plateforme The Repère lors d’une soirée qui a réuni, à Marseille, plus de 300 dirigeantes. Je me suis associée à Lamia Belkessam dans cette aventure et nous avons investi 64 000 en capital dans cette SAS et 90 000 euros pour développer la plateforme.

Qu’est-ce que propose The Repère ?

Il s’agit de la première marketplace de femmes entrepreneuses. Nous voulons accompagner toutes ces femmes qui entreprennent. Pour le prix d’un bon restaurant par mois (accès à la plateforme sur abonnement, NLDR), nous leur proposons de gagner en visibilité, nous leur donnons accès à un réseau de plus de 150 000 femmes, nous leur ouvrons aussi les portes d’événements qui leur seront dédiés, nous les faisons enfin gagner en compétences.

Très concrètement, nos abonnées peuvent créer leur profil en ligne, dont les textes de présentation sont enrichis par notre équipe de SEO pour gagner en référencement. Elles peuvent publier des annonces pour recruter, elles peuvent communiquer sur les événements qu’elles organisent et elles peuvent rejoindre un salon de discussion, qui va leur permettre de trouver des conseils auprès d’autres membres et ainsi créer du lien. Enfin, elles pourront aussi se former, via des master class (un programme annuel sera mis en ligne en janvier, NDLR).

Vous parlez d’un réseau de 150 000 femmes, est-ce l’objectif que vous vous êtes fixé pour The Repère ?

Ce chiffre de 150 000 n’est pas une vue de l’esprit. Avec mon associée, Lamia Belkessam, nous avons déjà créé cinq réseaux de business au féminin à Paris et Lyon, qui comptent une trentaine de membres chacun et sur lesquels nous allons nous appuyer. Par ailleurs, le compte Instagram de Chicmum Organisation, qui a contribué à me faire connaître, réunit plus de 125 000 membres et le compte Instagram de The Repère en compte déjà plus de 21 000. Enfin, mon profil LinkedIn réunit plus de 8 000 abonnés. C’est ainsi que je peux faire reposer le développement de The Repère sur un réseau de 150 000 personnes. En revanche, l’idée n’est pas de convertir ces 150 000 membres en abonnées.

Notre ambition à cinq ans est de compter 1 500 femmes entrepreneurs abonnées et dès la première année, nous visons les 200 femmes converties, sachant qu’en moins d’un mois, nous en comptons déjà 40 !

Qui sont ces femmes qui rejoignent The Repère ?

La plateforme est ouverte à toutes les femmes, qui entreprennent, au sens large. Il s’agit de chefs d’entreprise, de dirigeantes associées, de free-lances, mais aussi de cadres dirigeantes, qui contribuent à développer le business de l’entreprise pour laquelle elles travaillent. The Repère peut apporter de la visibilité, de potentielles clientes et des conseils à toutes ces femmes.

The Repère, ce sont aussi des événements. À quel rythme et où auront-ils lieu ?

Nous voulons organiser des événements mensuels dans les principales grandes villes de France. Je vais développer ces événements à Marseille, mon associée à Paris. Nous avons déjà deux ambassadrices à Lyon et Bordeaux et nous en recherchons d’autres à Nantes, Toulouse, Nice, Strasbourg ou encore Lille. Ces événements mensuels seront là pour permettre à chaque participante de développer son business.

Puis, une fois par an, nous voulons aussi renouveler l’événement "Business & Chill", organisé pour le lancement de The Repère : le format, "en pyjama", a beaucoup plu, car il a permis de casser les codes et de créer de belles synergies.

Vous nouez aussi des partenariats avec d’autres clubs. Dans quel but ?

Nous nouons en effet des partenariats avec des clubs de femmes existants pour apporter de la valeur à leurs membres. Nous avons aussi été contactées par des incubateurs ou le réseau BGE qui accompagne la création d’entreprise. Nous nous sommes d’ores et déjà rapprochées de la cellule d’accompagnement à la création d’entreprise de la Métropole Aix-Marseille et nous avons marrainé le forum "Elle entreprend", organisé à Marseille par Positive Planet. Je veux pouvoir centraliser sur notre plateforme les acteurs de la création d’entreprise car je souhaite que The repère devienne le repère des femmes qui veulent entreprendre.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition