Nice

Santé

ExactCure imagine l'avatar médical

Par Gaëlle Cloarec, le 16 janvier 2017

Créer un jumeau digital pour permettre au patient de quantifier et visualiser précisément l'action du médicament sur son corps, c'est la promesse de la start-up niçoise ExactCure portée par Frédéric Dayan, notre start-upper du mois.

Photo : Pixabay

Le créateur

Ingénieur physicien et pharmacien, Frédéric Dayan a participé à des programmes de recherche publique avant de prendre la direction de l'équipe R&D de la start-up sophipolitaine Sobios. Spécialisée dans la modélisation du vivant pour l'industrie pharmaceutique, la jeune pousse passe en 2014 dans le giron de Dassault Systèmes. Il devient alors senior manager. Mais l'envie « d'amener une vision, un projet jusqu'au bout » le pousse à préparer son « émancipation ». Celle-ci aura lieu en février, date à laquelle Frédéric Dayan portera sur les fonts baptismaux le projet ExactCure, pré-incubé par Paca-Est et bientôt hébergé à Delvalle, bras armé de la Métropole Nice Côte d'Azur en matière d'e-santé.

Le concept

« Chaque année en France, la médication inadaptée tue trois fois plus de personnes que les accidents de la route », constate celui qui, avec ExactCure, entend s'inscrire dans une tendance de fond, « la médecine personnalisée ». Et ce, au travers d'une application mobile qui, via un avatar, quantifie précisément l'action du médicament sur le corps. Cet avatar - ou « jumeau digital » - se matérialise sous la forme d'une horloge montrant, une fois les caractéristiques de la personne (âge, poids, antécédents, etc.) et la prescription renseignées, quand le médicament sera efficace, combien de temps, et alerte en cas de surdose. Le tout couplé à un réseau social. Gratuit pour les patients et les médecins de ville, un package freemium sera proposé aux pharmaciens. « L'avenir de cette profession tient autant dans le conseil de proximité que dans la digitalisation du service. ExactCure répond à ces problématiques en fournissant un liant entre le pharmacien et son réseau de patients », argumente-t-il.

Les perspectives

Il s'agit d'abord de consolider le prototype pour accoucher d'une version industrialisable, tout en poursuivant les recherches grâce à un partenariat avec l'INRIA. L'idée, à terme, est de faire émerger des essais cliniques d'un nouveau genre. « Les données captées et analysées - de façon anonyme - permettront de faire des corrélations et de découvrir des liens jusqu'alors inconnus ». Le manque de caractérisation précise des patients étudiés étant compensé par leur grand nombre, d'où l'importance du réseau social. De même, si ExactCure s'intéresse à la médication, elle s'élargira à d'autres domaines comme la nutrition. D'où sa volonté de lever 700 000 euros en 2017 pour « sortir du bois » et sécuriser l'entreprise pour ces deux prochaines années.

Photo : Pixabay

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.