Alpes-Maritimes

Électronique

Comment Electronie fait face à la pénurie mondiale de composants électroniques

Par Olivia Oreggia, le 22 mars 2021

Les constructeurs automobiles ou les grands noms de l’informatique ne sont pas les seuls touchés par la pénurie mondiale de composants électroniques. Les PME ne sont pas épargnées. Fabricant de cartes et systèmes électroniques près de Grasse, Électronie ne peut à ce jour honorer toutes ces commandes, faute d’approvisionnement.

Electronie conçoit, développe et fabrique des cartes et systèmes électroniques.
Electronie conçoit, développe et fabrique des cartes et systèmes électroniques. — Photo : Électronie

À Mouans-Sartoux, entre Cannes et Grasse, Électronie (25 salariés) conçoit et fabrique des cartes et des systèmes électroniques pour des grands groupes, des PMI ou des start-up dans l’industrie, le médical, l’aéronautique ou la défense. Sa matière première est donc précisément constituée de ces semi-conducteurs qui font à ce jour défaut à toute la planète. " Aujourd’hui nous avons un portefeuille de commandes fourni mais nous sommes incapables de le satisfaire, faute de matière première ", explique Charles Pallanca, fondateur et dirigeant de l’entreprise. " Les délais d’approvisionnement sont passés de quatre semaines à vingt-huit voire trente-deux. Et le prévisionnel est très difficile à faire. Nos fournisseurs eux-mêmes n’ont pas de visibilité. "

Une pénurie qui devrait durer 2 à 3 ans

Ces composants viennent essentiellement d’Asie. Le fabricant numéro un est à Taïwan. Comme pour les masques, les respirateurs ou les vaccins, la crise sanitaire a aussi souligné la dépendance électronique de la France. Avec la crise sanitaire, la production mondiale a ralenti, les stocks se sont vidés et dans le même temps, la demande a augmenté. Mais la cause de cette pénurie n’est pas seulement conjoncturelle. Les objets connectés étant désormais partout, des voitures aux téléphones et cela n’ira que grandissant. " Il y a des composants électroniques dans tout. Nous ne sommes qu’une PME de Mouans-Sartoux mais les gens utilisent nos produits sans le savoir. Lorsqu’une barrière se lève au péage, lorsqu’un avion décolle, lorsqu’on boit un café dans un bar, lorsqu’on se gare au parking… c’est notamment grâce à nos cartes électroniques." L’impact de la pénurie est donc très large et il devrait perdurer. " Ce n’est pas l’affaire de six mois, d’après les remontées que nous avons, cela devrait durer deux à trois ans ", reprend Charles Pallanca. " Nous prenons les devants avec nos clients. Certains nous passent déjà commande pour septembre, ce qui est exceptionnel. Nous sommes dans une vraie relation de confiance avec eux. Nous sommes des partenaires et travaillons ensemble pour savoir comment partager les risques, pour mener des réflexions sur la trésorerie, sur l’étalement des commandes. Il ne s’agit pas de trouver à qui est la faute mais comment être proactif. Nous avons un ennemi commun. La solidarité est un des bénéfices de la crise. "

Investir en attendant la reprise

Après un exercice qui s’est clôturé sur une baisse de 13 % de son chiffre d’affaires (à 2,2 millions d’euros), Électronie se prépare donc à un redémarrage qui se fait attendre plus longtemps que prévu mais que son dirigeant imagine " très fort ". La PME se tient donc prête. Elle a intégré le parcours Sud Industrie 4.0 pour accélérer sa digitalisation, tout en poursuivant ses investissements en matériel. " Notre trésorerie nous permet de le faire. C’est le résultat de vingt-huit années de gestion saine, qui nous laisse entrevoir un avenir. "

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition