Lot

Technologies

Soben lance l'industrialisation d'une famille de robots mobiles autonomes

Par Marina Angel, le 08 juillet 2021

Pour accompagner l’industrialisation de ses robots mobiles autonomes pour la logistique, commercialisés sous la marque TwinswHeel, la PME lotoise Soben met le paquet. L’objectif est de produire jusqu’à 4 000 robots par an à l’horizon 2030. Le compte à rebours est engagé.

Benjamin Talon, président de Soben, vise une production annuelle de 4 000 robots d’ici 2030.
Benjamin Talon, président de Soben, vise une production annuelle de 4 000 robots d’ici 2030. — Photo : Marina Angel

La société lotoise Soben (20 salariés, CA 2020 : 2 M€) est en pleine accélération. Spécialisée dans le développement d’amortisseurs pour l’automobile et de systèmes anti-vibratoires et de trains d’atterrissage pour les drones et l’aviation légère, l’entreprise, créée à Cahors en 2005, a engagé sa diversification dans la robotique il y a peine plus de cinq ans, avec la mise au point d’un nouveau concept de petits robots autonomes dédiés à la logistique. Après une phase d’expérimentations sur sites pilotes, l’enjeu est maintenant d’amorcer une production en séries. "La réglementation évolue. Elle autorisera bientôt d’opérer nos véhicules autonomes dans l’espace public. Nous devons être prêts dès 2023, pour nous positionner très vite comme leader sur le marché européen, avec une production attendue de 4 000 robots par an à l’horizon de 2030 et un effectif porté à 130 salariés", explique Benjamin Talon, fondateur et président de Soben.

Déjà une cinquantaine de robots à son actif

Son premier robot porte-charge à propulsion électrique a été présenté au CES de Las Vegas en 2017. Depuis, Renault, Nissan, la SNCF ou encore Framatome ont été séduits par ses petits chariots robotisés pour assurer du transport de charges sur sites industriels. Le gestionnaire de réseau Enedis a également fait appel à Soben pour un robot d’assistance, en mode suiveur, adapté aux opérations de maintenance en zone urbaine. La société lotoise a aussi été retenue en 2019, dans le cadre de l’appel à projets national Evra (Expérimentation du Véhicule routier Autonome), au sein d’un consortium conduit par La Poste et Stef, pour expérimenter du transport de colis et du réapprovisionnement de magasins en centre-ville de Montpellier. "À ce jour, nous totalisons une cinquantaine de robots en circulation en France, mais aussi en Allemagne, en Suisse et aux États-Unis", se félicite Benjamin Talon.

Une nouvelle usine sur la zone d’activité de Cahors-Sud

Pour passer à la vitesse supérieure, Soben rationalise son offre. Elle propose dorénavant une gamme de trois robots, tous commercialisés sous la marque TwinswHeel et adaptés respectivement à des charges maximums de 50, 150 et 300 kg. "Nous travaillons aussi sur le design extérieur de nos produits, pour une meilleure acceptabilité sociétale", précise le chef d’entreprise.

La société vient par ailleurs d’emménager, en juin 2021, dans un bâtiment industriel de 2 400 m² à Fontanes, sur la zone d’activité de Cahors-Sud, toujours sur le territoire de la Communauté d’agglomération du Grand Cahors. Pour accompagner son changement d’échelle, la PME peut compter sur le soutien de l’État et de la Région Occitanie. Après un Pass Rebond de 200 000 euros de la Région et 1,22 million d’euros attribués par l’État, au titre de France Relance, Soben prévoit de lever plus de 10 millions d’euros d’ici deux ans, dont au moins 1 million en première tranche, grâce à Épargne Occitanie, la toute nouvelle plateforme régionale de financement participatif.

Benjamin Talon, président de Soben, vise une production annuelle de 4 000 robots d’ici 2030.
Benjamin Talon, président de Soben, vise une production annuelle de 4 000 robots d’ici 2030. — Photo : Marina Angel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail