Gard

Agroalimentaire

Senfas s'agrandit pour alimenter sa croissance dans le bio

Par Anthony Rey, le 22 avril 2021

Le spécialiste de l’alimentation bio Senfas, après avoir renforcé ses capacités de production en 2020, poursuit sur la même voie. Il investit 5 millions d’euros dans l’extension d’un de ses deux sites gardois, afin de développer de nouveaux marchés, dont l’export où il se lance.

Les locaux de Senfas à Méjannes-lès-Alès, en passe d’être agrandis.
Les locaux de Senfas à Méjannes-lès-Alès, en passe d’être agrandis. — Photo : Aitec Architecture

Les plans d’investissement se succèdent chez Senfas (90 salariés, CA 2020 : 40 M€). En 2020, l’entreprise gardoise, spécialisée dans la fabrication de produits bio et végans, avait déjà dépensé 2,5 millions d’euros pour transformer son entrepôt de Saint-Privat-des-Vieux en unité de production (4 500 m2) dotée de salles blanches. Ce printemps, l’entreprise démarre le chantier d’extension de son autre site, à Méjannes-lès-Alès, sur une surface de 5 000 m2.

Une adaptation à l’évolution du marché

Senfas investit 5 millions d’euros pour construire, dans un premier temps, un nouvel entrepôt (3 500 m2). L’achat d’un congélateur d’une capacité de 400 tonnes et d’un frigo de 800 tonnes lui permettra notamment de renforcer ses capacités de stockage en température contrôlée. "C’était nécessaire au vu de notre croissance, mais aussi en considérant le contexte : il y a aujourd’hui des tensions sur le marché mondial des matières premières, et nous avons besoin de plus de place pour en stocker", souligne Michel d’Ozenay, PDG de Senfas.

De même, Senfas va se doter de nouveaux ateliers de conditionnement, sur une surface de 1 500 m2. Il s’agit ici de suivre l’évolution du marché et de développer une nouvelle gamme. "Nous voulons nous développer sur le segment des mélanges, réalisés à la demande des clients. Nous recevons les fruits secs et les légumineuses par containers, et nos lignes de fabrication nous permettent ensuite de les mettre en sachets", poursuit Michel d’Ozenay.

Le chantier des nouveaux bâtiments de Méjannes-lès-Alès sera livrable à l’été 2022. Le site intègre d’ores et déjà le siège social de Senfas, qui a été transféré en 2020. Le bâtiment historique de Saint-Privat-des-Vieux abrite, lui, une nouvelle société baptisée La Fabrique Végétale qui, au sein de la même holding, se concentre sur la production.

Le marché américain en ligne de mire

Malgré l’épidémie de Covid-19, Senfas a maintenu "une croissance à deux chiffres" en 2020. C’est le début d’année 2021 qui s’avère plus délicat, selon Michel d’Ozenay, en raison des fermetures qui frappent aujourd’hui les magasins des réseaux spécialisés dans le bio, où la PME gardoise écoule 50 % de sa production : "Les magasins situés dans les grands centres commerciaux souffrent beaucoup en raison des fermetures imposées par le confinement. Nous devons trouver de nouveaux clients", commente Michel d’Ozenay.

Parmi les pistes explorées par Senfas se trouve l’international, où l’industriel agroalimentaire prévoit de se lancer dès l’été prochain. Après la signature d’un contrat de distribution "avec un grand groupe français", Senfas cible notamment le marché américain, où il compte pousser deux produits créés récemment au sein de sa gamme : les galettes végétales, mais aussi les substituts végétaux de foie gras. "Ce produit de substitution rencontre un vif succès alors que la législation américaine, de plus en plus contraignante en matière de souffrance animale, rend très difficile l’exportation de foie gras traditionnel sur ce marché", conclut Michel d’Ozenay.

Les locaux de Senfas à Méjannes-lès-Alès, en passe d’être agrandis.
Les locaux de Senfas à Méjannes-lès-Alès, en passe d’être agrandis. — Photo : Aitec Architecture

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail