Toulouse

Mécanique

La MFJA, nouveau hub de la filière génie mécanique en Occitanie

Par Philippe Kallenbrunn, le 05 mai 2022

La Maison de la Formation Jacqueline Auriol, qui a ouvert ses portes en janvier, est un campus unique destiné à la filière du génie mécanique et productique pour l’aéronautique et le spatial. Son bâtiment de 15 000 m2, au sein duquel figurera une usine-école, se met au service des étudiants, des salariés et des entreprises.

Le buste de la célèbre aviatrice Jacqueline-Auriol a été réalisé par l’artiste Nathalie Talec.
Le buste de la célèbre aviatrice Jacqueline-Auriol a été réalisé par l’artiste Nathalie Talec. — Photo : MFJA

C’est un campus unique en France qui voit le jour à Toulouse : dans un même bâtiment de cinq étages sur 15 000 m2, l’ensemble des formations de la filière du génie mécanique et productique se trouve rassemblé. Baptisé Maison de la Formation Jacqueline-Auriol (MFJA), du nom de l’une des premières aviatrices pilote d’essai, il a ouvert ses portes en janvier à 800 étudiants (1 500 à la prochaine rentrée de septembre) dans le quartier de Montaudran, au cœur de l’Innovation Campus - Toulouse Aerospace, pôle d’activité et de recherche destiné aux filières aéronautique, espace et systèmes embarqués (AESE). Fruit d’un projet porté par l’Université Fédérale de Toulouse et coordonné depuis plus de dix ans par Jean-François Mazoin, ancien directeur de l’IUT Paul Sabatier et ex-président de la conférence des IUT de France (Adiut), il a été conçu pour répondre aux besoins en ressources humaines des entreprises de la région. Il regroupe ainsi les équipes de formations (de bac + 2 à bac + 8) autrefois disséminées dans plusieurs établissements : la Faculté sciences et ingénierie de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, l’IUT Paul Sabatier, l’Insa Toulouse, l’Isae-Supaero et le pôle AIP-Primeca Occitanie. Son objectif est de mutualiser les compétences des enseignants, chercheurs, ingénieurs et techniciens et de rassembler des équipements technologiques ultramodernes (fabrication additive, réalité virtuelle, réalité augmentée, cobotique…), afin de répondre aux préoccupations de l’industrie du futur.

Continuité numérique

La MFJA comprend ainsi un atelier de 3 000 m2 au sein duquel est en train d’être configurée une usine-école, avec le concours de plus de 30 partenaires industriels qui, par le mécénat, lui apportent des équipements de pointe. “Il y a une nécessité de transformation des entreprises, en particulier des sous-traitants de l’aéronautique, dans le numérique, dans l’obtention de gains de productivité, de façon à maintenir les productions au plan local, explique Jean-François Mazoin. C’est à l’initiative des pôles de compétitivité, et en particulier du pôle Aerospace Valley, qu’est née cette idée d’usine-école. Elle va permettre de fabriquer des pièces mécaniques pour l’aéronautique dans un premier temps, puis pour d’autres secteurs comme celui des transports, avec un chapitre d’automatisation, de robotisation, et de continuité numérique entre le donneur d’ordre et l’entreprise sous-traitante, ce qui constitue l’un des enjeux déterminants pour l’évolution des entreprises en Occitanie.” Cette usine-école se voudra aussi un démonstrateur de l’industrie du futur, au-delà du périmètre de la MFJA, ajoute-t-il. Elle sera visitée par des collégiens et des lycéens.” À terme, elle a surtout vocation à devenir “un service public d’accompagnement” de la transformation des entreprises vers l’industrie du futur. “Nous sommes en train de construire une plateforme d’accélération (Pad’Occ), indique Jean-François Mazoin. Elle va permettre d’accompagner les entreprises depuis un pré-diagnostic de leur situation jusqu’à la finalisation d’une transformation plus ou moins élaborée en fonction de leurs besoins et de leurs moyens.” Pad’Occ a été lauréat de l’appel à projet “Plateforme d’accélération vers l’industrie du futur”, dans le cadre du 4e programme d’investissements d’avenir (PIA4). Présentée au Siane 2021, et à nouveau au Siane 2022, la première version de l’usine-école sera lancée en octobre.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition