Pyrénées-Orientales

Services aux entreprises

RSE

Cmultiserv crée un fonds de dotation pour soutenir la reforestation

Par Anthony Rey, le 30 novembre 2023

La société catalane Cmultiserv crée Arbore en France, premier fonds de dotation national engagé dans la reforestation des territoires. Appelé à évoluer en fondation, le dispositif engrange les marques d’intérêt face aux incendies de plus en plus violents.

Cyril Marcer, dirigeant de Cmultiserv, vise une reconnaissance d’intérêt public pour Arbore en France.
Cyril Marcer, dirigeant de Cmultiserv, vise une reconnaissance d’intérêt public pour Arbore en France. — Photo : Cmultiverv

En avril 2023, un incendie a ravagé plus de mille hectares dans la zone de Cerbère, près de Perpignan (Pyrénées-Orientales). La violence de cet épisode, totalement atypique à cette période, a suscité l’envie d’agir chez Cyril Marcer, dirigeant du groupe catalan Cmultiserv (140 salariés, CA 2022 : 16 M€), spécialiste des services multitechniques. Ce dernier a l’idée de lancer une fondation pour soutenir des actions de reforestation face à la gravité du phénomène en France (près de 20 000 incendies, soit 72 000 ha de forêts brûlés en 2022).

"Une rapide étude menée par un cabinet de conseil a montré qu’il existe des sociétés commerciales, mais aucune fondation agissant sur ce sujet. Replanter des arbres dans nos territoires a du sens au regard des ambitions d’Emmanuel Macron (qui a lancé un plan pour en planter un milliard d’ici 2032, NDLR), mais aussi de mes engagements personnels à l’extérieur de l’entreprise, en tant que pompier et gendarme", explique Cyril Marcer.

Une organisation pour centraliser les projets

Lancé fin octobre 2023 sous le nom "Arbore en France", le dispositif prend d’abord la forme d’un fonds de dotation : des entreprises peuvent faire des dons (ouvrant droit à 66 % de réduction d’impôt) et choisir leur action, ou bien inciter leurs collaborateurs à s’inscrire et à intervenir bénévolement. Quand il s’agit d’un groupe ou d’une enseigne, l’entreprise peut aussi demander à ses agences de faire remonter au siège les actions existantes.

Le fonds s’appuie sur un site internet destiné à centraliser les appels à projets lancés par les collectivités locales et institutions partenaires, puisque les actions de plantation ne concerneront que les terrains publics ou domaniaux. Selon le chiffrage d’Arbore en France, mille euros de dons permettront de planter 745 arbres, soit 20 tonnes de CO2 neutralisé. "Dans un contexte où les communes ont de moins en moins de moyens, surtout depuis la perte de la taxe d’habitation, il paraît plus simple de faire intervenir des entreprises pour porter leurs actions, tout en leur permettant de communiquer localement", commente Cyril Marcer.

Créer des îlots de fraîcheur

En plus des actions de plantation, Arbore en France privilégie 2 autres démarches. D’une part, elle va soutenir des actions de sensibilisation à destination des écoles et des collèges, ou encore sur les aires d’autoroute. Elle fera ici intervenir des experts issus des CCI, des Chambres d’agriculture ou de l’association Femmes Chefs d’Entreprise dans chaque département.

D’autre part, elle veut favoriser la création d’îlots de fraîcheur, en déployant par exemple des techniques mises en œuvre par Cmultiserv elle-même. Une coque métallique, couvrant les locaux qu’elle a bâtis en 2016, est désormais noyée sous la végétation par exemple, permettant de minimiser sa facture de chauffage et de climatisation.

Travaux confiés à des ESAT

Le fonds est en discussion pour créer des îlots de ce type au Soler, près de Perpignan, et à Lyon. "Pour Arbore en France, nous parlons de reforestation inclusive, car tous ces travaux seront confiés à des ESAT (établissements et services d’accompagnement par le travail, NDLR) et des sociétés d’insertion", souligne Cyril Marcer.

Une démarche d’intérêt public

Une vision partagée par d’autres car depuis son immatriculation en juin 2023, le fonds a déjà été sollicité par près de 10 groupes français et étrangers, dont une enseigne néerlandaise gérant 170 magasins en France. Pour aller plus loin, Arbore en France, reconnu d’intérêt général, devra ensuite évoluer en fondation : elle vient de déposer un dossier en ce sens auprès du ministère de la Transition écologique. Elle sera alors reconnue d’intérêt public sur ces trois types d’action.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition