Hérault

Services

Animo-Concept renforce ses positions de leader en propreté canine

Par Anthony Rey, le 08 juin 2022

Fabricant de mobilier urbain pour la propreté canine, la société héraultaise Animo-Concept va tripler de taille en deux ans. Elle injecte 2 millions d’euros dans une nouvelle usine pour mieux servir une demande exponentielle chez les collectivités locales.

Animo-Concept est leader de la propreté canine en France, plus gros marché européen pour les animaux de compagnie.
Animo-Concept est leader de la propreté canine en France, plus gros marché européen pour les animaux de compagnie. — Photo : Animo-Concept

Avec 7,3 millions de chiens, la France reste le premier marché européen pour les animaux de compagnie. Depuis près de 20 ans, la société Animo-Concept (30 salariés, CA 2021 : 10 M€), basée à Marsillargues (Hérault), travaille sur ce segment, en développant une gamme de solutions conçue pour la propreté canine : distributeurs de sacs, bornes de propreté, signalétique…

Prise de conscience générale

Comptant 2 500 mairies dans son portefeuille clients, Animo-Concept s’affiche comme le leader du secteur, bénéficiant d’une dynamique qui s’accroît d’année en année. "Nous avons signé plus de 300 mairies supplémentaires au cours de deux dernières années. Le marché de la propreté urbaine devient mature. Le problème des déjections canines figure dans le top 10 des plaintes reçues par les mairies, surtout en été. On n’en trouve plus une aujourd’hui pour dire que ce type d’équipement ne fonctionne pas. Le simple fait de passer devant un distributeur de sacs est incitatif pour un propriétaire. La prise de conscience est généralisée", estime Olivier Rasse, gérant d’Animo-Concept.

Dans un contexte d’approvisionnement en matières premières perturbé par la guerre en Ukraine, la PME héraultaise veut sécuriser sa production autant qu’elle le peut. Animo-Concept commande de l’aluminium à l’étranger, puis éclate une partie de la fabrication auprès d’une dizaine d’ateliers prestataires situés en région Occitanie. Dans un deuxième temps, elle assure le montage et l’habillage des mobiliers dans ses locaux actuels. Pour soutenir sa croissance Animo-Concept mobilise 2 millions d’euros dans la construction d’une nouvelle usine livrable en fin d’année 2023. La superficie de 2 500 m2 intègre une plateforme logistique de 1 500 m2. "La crise sanitaire a démontré l’intérêt stratégique de la logistique, surtout pour une entreprise qui produit un grand nombre de références sur le sol français. Malgré la hausse de coûts, cette plateforme nous permettra de tenir nos marchés en étant plus réactifs", analyse Olivier Rasse.

Un déploiement national

Portée par une demande en forte hausse, Animo-Concept a vu son chiffre d’affaires monter de 5 à 10 millions d’euros en un an, et anticipe un nouveau bond à 15 millions d’euros en 2022, "avec un rythme de progression analogue sur les années à venir", selon Olivier Rasse. La PME ne néglige aucun levier pour conforter sa position de leader : en plus de cette croissance organique, elle mise également sur la croissance externe. En mai dernier, elle a racheté la société dijonnaise IPC Environnement, et se prépare à d’autres opérations du même type à l’avenir. "Nous cherchons à faire des acquisitions chez les entreprises bien implantées dans leur marché local, qui travaillent elles aussi avec des sous-traitants français. Après IPC, nous devrions racheter les entreprises restantes sur le créneau de la propreté animale de compagnie", annonce Olivier Rasse.

Parmi les autres moteurs de croissance, Animo-Concept travaille sur l’élargissement de son offre. Son activité de vente en ligne, où elle distribue des articles pour chiens et chats confiés par des grossistes ou de grandes marques du secteur, s’ouvre désormais à l’équipement du chien sportif. Mais la société innove aussi dans l’accompagnement des collectivités locales clientes : elle remplace les sacs en plastique de ses distributeurs par des sacs plus écologiques (en amidon ou en papier), dans une démarche davantage tournée vers le recyclage. "Nous diffusons de plus en plus de bacs à compost en pied d’immeubles. Plutôt que de partir à l’incinération, les sacs sont jetés dans ces bacs, qui produisent du terreau, utilisable pour le fleurissement des ronds-points et des jardinières. En communiquant sur le sujet, les collectivités contribuent encore à l’éducation des propriétaires", argumente Olivier Rasse.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition