Eure

Industrie

Solcera renoue avec la croissance

Par la rédaction, le 23 janvier 2017

Le fabricant de céramiques techniques implanté à Evreux repart de l’avant après une séparation difficile en 2015 avec son actionnaire canadien. Soutenue dans son développement par la Région Normandie à hauteur de 3,5 millions d'euros, la PME veut conquérir de nouveaux marchés à l'international.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L’histoire aurait pu mal tourner. Pilotée jusqu’en 2015 par un actionnaire américain, CoorsTek, peu sensible au maintien de l’outil de production en Normandie, Solcera (120 collaborateurs) a depuis repris son indépendance et renoué avec la rentabilité. Un retournement effectué avec le soutien de la collectivité régionale qui a contribué à hauteur de 3,5 millions d’euros (prêt à taux zéro et subvention comprise) au redressement de cette PME qui emploie aujourd’hui 120 personnes en France, dont un peu plus de 80 à Evreux.

Toujours très présent dans le traitement de la vigne

Spécialisée dans la fabrication de buses en céramique de pulvérisation, Solcera reste très présent sur les marchés de l’agriculture et de la viniculture à travers la marque Albuz: « le secteur agricole représente aujourd’hui environ 50% de notre activité, et un peu plus en termes de rentabilité », reconnaît le P-dg de Solcera Bernard Calès. « Nous exportons 80% de notre production, notamment vers les acteurs du traitement de la vigne ».

La technologie Solcera présente dans les têtes de missiles

Mais Solcera s’est également fait un nom dans le domaine de la défense et de l’aéronautique: « le site d’Evreux a été construit il y a 60 ans pour faire des têtes de missiles pour la Marine », rappelle Bernard Calès. Aujourd’hui, Solcera travaille aussi bien pour l’industrie des missiles que dans le blindage aéroporté. Deux domaines d’activités incompatibles avec un actionnariat étranger qui aurait pu, au final, coûter cher à l’entreprise.

Un plan de 20 millions d’euros d’investissements sur trois ans

Racheté par ses dirigeants à travers un MBO (management buy-out) soutenu par Orfite, un investisseur industriel lyonnais, Solcera a repris en 2015 sa marche en avant et ses investissements. « Nous avons investi 2,8 millions d’euros en 2016 et nous prévoyons d’investir 20 millions au total dans les trois années à venir »; 7 millions d’euros étant déjà programmés sur les deux prochaines années, précise le P-dg de Solcera. L’entreprise a procédé en 2016 à une douzaine d’embauches et prévoit de créer douze nouveaux postes dès cette année. Côté chiffre d’affaires, l’objectif annoncé par le dirigeant est d’atteindre les 25 millions d’euros d’ici 2020.

Solcera pousse les murs

En 2016, Solcera a enregistré une croissance de son activité de près de 15% (18M€ de CA). Preuve supplémentaire de la bonne santé retrouvée de l’entreprise, une extension des bâtiments ébroïciens est en cours et un second permis de construire doit être instruit prochainement par les services de la ville d’Evreux pour 1 500 m² supplémentaires. Le prochain chantier de Solcera, explique son P-dg, c’est l’export avec une présence renforcée sur les marchés agricoles en développement tels l’Iran, l’Est de l’Europe ou encore l’Asie où la PME se développe, notamment en Corée du Sud.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition