Rouen

Informatique

Monibrand, la plateforme qui veille sur les marques

Par Isabelle Evrard, le 23 mars 2020

Co-créée par Jérémie Lipfeld, Mathieu Robine et Hugo Poissonnet, la plateforme de veille internet, Monibrand, propose aux entreprises un logiciel capable d’optimiser leur présence en ligne.

Le trio fondateur de la start-up Monibrand, Jérémie Lipfeld, Mathieu Robine et Hugo Poissonnet
Le trio fondateur de la start-up Monibrand, Jérémie Lipfeld, Mathieu Robine et Hugo Poissonnet — Photo : © Mehdi Mostefaï

Permettre aux entreprises d’optimiser leur présence en ligne : tel est le pari lancé en 2017 à Rouen par Jérémie Lipfeld et son associé Mathieu Robine, avec leur l'entreprise Monibrand. « Quand un internaute tape le nom d’un produit ou d’une marque sur un moteur de recherche, il n’y a pas que le site officiel qui s’affiche, mais aussi divers sites concurrents, ainsi que des sites de contrefaçons et de revendeurs non autorisés », explique Jérémie Lipfeld, co-fondateur de Monibrand. Des résultats qui peuvent amener à l’appropriation indue de profits liés aux investissements, parfois très lourds, engagés par les entreprises titulaires de marques pour la création de leurs produits et leur promotion. Il y a également un risque pour le consommateur car les sites de contrefaçons négligent les contrôles préalables à la mise sur le marché.

Pour lutter contre ces fléaux, Monibrand a créé un logiciel qui permet aux entreprises de se réapproprier la valeur de leur marque. « Notre plateforme de veille s’appuie sur des algorithmes de surveillance et d’analyse décisionnels qui détectent les usages abusifs des marques en ligne et automatisent le traitement des litiges identifiés en supprimant les contenus illicites », détaille Jérémie Lipfeld. Monibrand a déjà mis en place ces procédures automatisées auprès de 350 intermédiaires techniques (hébergeurs, réseaux sociaux et moteurs de recherche). La start-up rouennaise a levé début mars, 430 000 euros auprès de Normandie Participations et du Crédit Agricole Innove en Normandie.

Suivi de la performance digitale

Ainsi, la société rouennaise a supprimé pour le groupe Lacoste plus d’un million de contenus illicites dès 2018, soit plus de 80 % des sites de contrefaçons. « Notre logiciel permet également de mesurer l’impact des nuisances et assure un suivi de la performance digitale ». De même, pour la marque Pandora, la plateforme de Monibrand a contribué à améliorer le chiffre d’affaires de son site de e-commerce de 5 %.

Depuis deux ans, Monibrand a déjà convaincu une quinzaine de clients et réalisé un chiffre d’affaires de 350 000 €. Toute entreprise peut adhérer à Monibrand selon un abonnement mensuel variable en fonction du périmètre d’action, du volume de recherche et d’un pack d’outils choisis. « Notre objectif est de devenir la première plateforme européenne de surveillances des marques en ligne », annonce le dirigeant.
Une ambition réalisable si l’on considère que, selon une étude de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle en 2018, la contrefaçon fait perdre, chaque année, 60 milliards d’euros à un ensemble de 13 secteurs de l’économie européenne (habillement, montres, cosmétiques, bijouterie, etc.). Soit près de 435 000 emplois perdus à cause de la contrefaçon. Et rien que pour la France, l’étude estime la perte à 5,8 % des ventes des secteurs concernés, soit 6,8 milliards d’euros…

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail