Orne

Réseaux économiques

Le Geiq multisectoriel Orne-Manche veut recruter une centaine de personnes en contrat d’alternance

Par Isabelle Evrard, le 05 décembre 2022

En sommeil depuis plus d’un an, le Geiq multisectoriel Orne-Manche (Groupement d’employeurs pour l’Insertion et la Qualification) renaît de ses cendres, avec à sa tête, un nouveau directeur, Jean-Luc Connan. Le réseau d’insertion souhaite recruter 100 personnes en contrat d’alternance dans les trois années à venir.

Le Geiq Orne-Manche est le seul à être multisectoriel en Normandie.
Le Geiq Orne-Manche est le seul à être multisectoriel en Normandie. — Photo : Geiq Orne Manche

Après quinze années à la direction de Progressis, groupement d’employeurs à temps partagé de l’Orne, Jean-Luc Connan prend la direction du Geiq multisectoriel Orne-Manche (Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification). "La Normandie compte cinq Geiq répartis sur ses cinq départements, mais le Geiq Orne-Manche est le seul à être multisectoriel. Le Geiq Orne-Manche était en sommeil depuis un an après le départ de l’ancienne directrice. Nous avons pour ambition de relancer la dynamique du réseau et de recruter une centaine de salariés en alternance dans les trois ans à venir, afin de pourvoir aux besoins des entreprises", explique Jean-Luc Connan.
Installé à Alençon, le Geiq commencera par démarcher, dès 2023, sur tout le territoire ornais puis, en 2024, sur le territoire manchois. "Nous espérons toucher au moins 50 % d’industriels, notamment dans les secteurs de la métallurgie et de l’agroalimentaire, où les métiers sont vraiment en tension." Principaux profils recherchés : usineurs, opérateurs de production, préparateurs de commande, magasiniers caristes, régleurs et conducteurs de ligne.

Constituer un vivier de candidats

Collectif d’entreprises piloté par ses adhérents, le Geiq organise des parcours d’insertion et de qualification. "Les entreprises prennent part au projet associatif du Geiq et parient sur le potentiel de candidats pour résoudre leurs problématiques de recrutement. Les parcours de formation des salariés peuvent aller de 6 à 24 mois", explique Jean-Luc Connan. Considéré comme une véritable passerelle entre les structures de l’insertion et les entreprises, le Geiq participe au recrutement des personnes éloignées de l’emploi ou en reconversion professionnelle : "L’idée est de constituer un vivier de candidats à l’emploi, d’abord dans l’Orne puis la Manche, mais aussi d’atteindre une vingtaine d’entreprises adhérentes dès 2023 pour monter en puissance dans les deux ans qui suivent".
Pour le nouveau directeur, l’Orne possède des atouts économiques indéniables : "bien que rural, l’Orne affiche un esprit réseau très fort. Les chefs d’entreprise n’hésitent pas à faire des kilomètres pour se rencontrer et échanger des expériences. La solidarité y est très présente."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition