Lille

Politique

La Cour des Comptes épingle l'Université de Lille

Par Jeanne Magnien, le 06 février 2019

Dans son rapport annuel, la Cour des Comptes consacre une quarantaine de pages à la situation financière de la toute jeune Université de Lille, jugée insatisfaisante.

Effective depuis le 1er janvier 2018, la fusion entre les trois universités lilloises a été mal préparée d'un point de vue financier, administratif et pédagogique, selon la Cour des Comptes, qui épingle l'Université de Lille dans son dernier rapport.
Effective depuis le 1er janvier 2018, la fusion entre les trois universités lilloises a été mal préparée d'un point de vue financier, administratif et pédagogique, selon la Cour des Comptes, qui épingle l'Université de Lille dans son dernier rapport. — Photo : Université de Lille

Pour son rapport annuel 2019, publié début février, la Cour des Comptes a passé au crible la gestion financière de l'Université de Lille, née en janvier 2018 de la fusion de Lille I, Lille II,et Lille III. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les Sages n'ont pas été entièrement convaincus, ni par la stratégie qui a présidé à la fusion, ni par la gestion de l'établissement depuis.

"Mal préparée", la fusion des universités lilloises a été précipitée quand s'est profilée la possibilité de décrocher le label Idex, et ses 500 M€ de dotation, selon la Cour des Comptes. De ce fait, la viabilité budgétaire de la nouvelle université, qui compte 69 000 étudiants, comme la pertinence de l'offre pédagogique, n'auraient pas été étudiées avec assez de vigilance, à en croire le rapport.

Une "situation financière inquiétante"

Résultat, déjà grevé par le coût de la fusion, estimé à "5,5 ou 6 M€", le premier budget de l'Université de Lille s'est révélé largement déficitaire. "Conséquence logique d’une fusion mal préparée, le premier budget de l’université fusionnée a révélé une situation financière inquiétante pour l’exercice 2018 : déficit de 6 M€, capacité d’autofinancement (CAF) de 6,2 M€ (contre 13,1 M€ dans les trois comptes financiers 2017), fonds de roulement s’établissant à 22,4 M€, soit seulement 14 jours de fonctionnement", pointe du doigt le rapport.

Revoir le budget.. et le fond

Plusieurs préconisations font suite à ce constat. En premier lieu, l'Université de Lille doit revoir la méthode d'élaboration de son budget, et mieux maîtriser ses coûts, notamment salariaux. Un plan de redressement a été présenté par l'Université, qui est tenue de s'y conformer, dès cette année. 

Sur le fond ensuite, la Cour des Comptes met en garde l'Université sur plusieurs points, et notamment, le fait que la coopération et la coordination avec les autres universités régionales doivent être améliorées, dans un souci de "cohérence territoriale", malmenée par le projet existant.

Enfin, la Cour des Comptes souligne l'urgence pour l'Université de Lille de dépasser ces problèmes structurels et financiers pour se consacrer à la pertinence de son offre pédagogique, jugée insuffisante par la Cour dans la perspective de la création, en 2021, de l'Université Lille-Nord-Europe (ULNE), censée placer Lille sur la carte des plus grandes universités européennes.

Effective depuis le 1er janvier 2018, la fusion entre les trois universités lilloises a été mal préparée d'un point de vue financier, administratif et pédagogique, selon la Cour des Comptes, qui épingle l'Université de Lille dans son dernier rapport.
Effective depuis le 1er janvier 2018, la fusion entre les trois universités lilloises a été mal préparée d'un point de vue financier, administratif et pédagogique, selon la Cour des Comptes, qui épingle l'Université de Lille dans son dernier rapport. — Photo : Université de Lille