Lorient

Numérique

Les recettes de Coopeo pour conquérir les restaurateurs

Par Ségolène Mahias, le 03 mars 2019

Outil d'aide à la décision et de contrôle de gestion, l'application Coopeo gagne du terrain auprès des professionnels de la restauration. Forte d'une levée de fonds de 400 000 euros, la jeune entreprise lorientaise vise les 400 clients en France cette année et se lance à l'assaut de nouveaux secteurs d'activité.

Cyrille Jegoux, fondateur et dirigeant de l'entreprise de logiciels pour la restauration Coopeo dans le Morbihan
Pour conquérir de nouveaux clients avec son application de gestion, le dirigeant de Coopeo Cyrille Jegoux veut adresser le marché des bars et discothèques. — Photo : Ségolène Mahias

Depuis Lorient, l'application Coopeo, dédiée aux professionnels de la restauration, vient de boucler sa première levée de fonds. 400 000 euros récoltés pour moitié auprès d'un investisseur privé luxembourgeois, et l'autre moitié auprès de Bpifrance et du Crédit Mutuel de Bretagne. Depuis 2017, la jeune entreprise (400 000 euros de CA, 9 salariés) créée par Cyrille Jegoux joue les précurseurs. Son objectif : proposer aux restaurateurs un seul et même outil d'aide à la prise de décision et de contrôle de gestion.

Une double expertise technique et métier

Passé par une importante centrale de vente de matières premières et de petits matériels pour les restaurateurs, Cyrille Jegoux a fait le constat que ces professionnels n'avaient aucune vision précise des volumes de produits qu'ils travaillaient, de leurs coûts et de leurs volumes. « L'idée était donc de faire "parler" les factures. Notre application permet, à partir de simples scans, d'offrir une saisie des factures et donc de constituer un historique… Tout cela offre une photographie précise de la situation », résume le dirigeant.

L'application a été conçue par des développeurs ainsi que trois collaborateurs de Coopeo spécialisés dans le domaine de la restauration. Cette double expertise offre aux utilisateurs une analyse précise. « Notre client accède au montant de ses achats, au détail de ses fournisseurs et au poids qu'ils représentent, au top 10 des produits qu'ils achètent le plus, etc. » Coopeo a également ajouté des fonctionnalités comme la possibilité de faire son inventaire via l'application. « C'était une demande des clients. Cela semble évident mais c'est un incontournable. Nous avons aussi proposé la possibilité de commander directement chez les fournisseurs. C'est clair, tracé et fluide. » Le champ d'action de l'application est vaste : « Nous sommes capables d'identifier 50 000 références de produits. »

120 000 cibles

Testée début 2017, officiellement lancée fin 2017, Coopeo est proposée au tarif de 149 euros par mois, sans engagement de durée. « C'est un choix qui correspond à l'ère du temps mais aussi à l'activité parfois uniquement saisonnière de certains professionnels. » L'application compte aujourd'hui une centaine de clients, essentiellement dans le Morbihan. Avec une force commerciale désormais bien installée et les développements techniques effectués, l'application part à l'assaut de la France entière. « Nous visons les 400 clients cette année. Nous serons sans doute au-delà. Des contacts sont avancés avec des franchises comme La Boucherie, Au Bureau mais aussi les hôtels Oceania. » Forte de cela, l'équipe de Coopeo espère dépasser cet objectif qui est aussi celui de la rentabilité.

Mais l'entreprise ne compte pas d'arrêter là. « Nous avons recensé 120 000 cibles en restauration, boulangeries et traiteurs. Si 5 000 souscrivent à notre offre, soit quelque 4 %, ce sera déjà un grand pas pour Coopeo et c'est accessible », confie Cyrille Jegoux. À très court terme, le dirigeant entend actionner d'autres leviers, comme adresser le marché des bars et discothèques.

Cyrille Jegoux, fondateur et dirigeant de l'entreprise de logiciels pour la restauration Coopeo dans le Morbihan
Pour conquérir de nouveaux clients avec son application de gestion, le dirigeant de Coopeo Cyrille Jegoux veut adresser le marché des bars et discothèques. — Photo : Ségolène Mahias