Vannes

Textile

Investissement

Ergotech tisse sa toile dans le textile

Par Ségolène Mahias, le 16 octobre 2023

Ergotech passe à la vitesse supérieure. Le fabricant vannetais d’équipements ergonomiques a levé des fonds et prévoit le recrutement de 30 conseillers en aménagement. En parallèle et dans le cadre de son activité textile, Ergotech s’associe avec un industriel français du textile pour la construction d’une usine à Theix qui emploiera une centaine de personnes à terme.

" Nous avions l'envie et l'énergie pour mener un projet d'envergure", assure Kevin Le Texier, dirigeant d'Ergotech.
" Nous avions l'envie et l'énergie pour mener un projet d'envergure", assure Kevin Le Texier, dirigeant d'Ergotech. — Photo : Ségolène Mahias

Ergotech porte dans son nom, sa spécialité, qui est l’ergonomie et la PME de Plescop entend bien que cela perdure. "Notre activité principale est l’ergonomie, cela le restera et ce sera notre axe de développement", résume Kevin Le Texier, dirigeant de la société. Pour le chef d’entreprise et sa trentaine de salariés une nouvelle page s’ouvre avec des perspectives ambitieuses suite à sa levée de fonds.

Un million d’euros levé

Ergotech a ouvert son capital, à hauteur de 1 %, et fait entrer des business angels locaux. Bpifrance et des banques ont aussi apporté leur soutien. Au total, le fabricant de matériel ergonomique lève plus d’un million d’euros tout en restant largement majoritaire. "Cette levée de fonds nous permet de conforter notre capital, d’investir et de nous doter d’autres compétences." Concrètement, 100 000 euros ont été investis dans l’outil de production et l’entreprise développe une force de vente afin de couvrir tout le territoire français. "Nous sommes actuellement trois conseillers en aménagement. Nous serons une trentaine d’ici trois ans", annonce Kévin Le Texier. La R & D sera aussi confortée avec le recrutement, à venir, d’un nouvel ingénieur. Le site Internet connaît aussi une importante évolution car il enregistre une hausse croissante des ventes. "15 % de nos 650 000 euros de chiffre d’affaires sont aujourd’hui générés par ce canal de vente." Outre le site, Ergotech s’appuie sur ses conseillers et son réseau de revendeurs auprès de qui l’entreprise pourrait faire de la croissance externe dans le futur.

La crise sanitaire du Covid a vu Ergotech développer sa propre marque commerciale Galaad ; une façon pour l’entreprise de valoriser des compétences qui interviennent dans son activité d’ergonomiste mais appliquées plus spécifiquement au textile. Galaad compte parmi ses clients différentes marques dont La Minette et ses culottes menstruelles, implantées à Vannes mais aussi d’autres enseignes.

Un co-société avec un industriel du textile

C’est par ce biais qu’Ergotech a commencé à tisser des liens un fabricant de marinières dès avril 2022. En pleine croissance notamment sur les marchés nord-américains, Saint-James était à la recherche de partenaires pour dynamiser sa production. "Nous avons travaillé afin d’avoir un niveau de qualité optimale en mettant en place un système drastique de contrôle. Nous avions aussi l’envie et l’énergie pour mener un projet d’entreprise avec eux", dévoile Kévin Le Texier. Une façon d’annoncer la création prochaine d’une co-société. "C’est une nouvelle société. Ergotech détiendra 51 % du capital et notre partenaire 49 %. Nous investirons près de 2 millions d’euros, en deux phases, pour l’outil de production tandis que l’enveloppe d’investissement atteint 6 millions d’euros pour le bâtiment, répartis à parts égales entre nos deux entités." Et c’est dans le Morbihan, dans la zone du Landy à Theix, que la nouvelle usine sera construite. "Nous avons eu beaucoup de chance de trouver du foncier disponible. C’est rare dans l’agglomération. Nous construirons un bâtiment de 2 800 m² avec une extension de 800 m² prévue d’ici deux ans."

100 recrutements

La production devrait débuter en avril 2024 et elle concernera des marinières "classiques mais aussi des modèles différents. En tout cas, ce ne seront que des produits de notre partenaire qui seront fabriqués sur place." Si la production actuelle assurée par Ergotech s’effectue sur une ligne de fabrication, le nouveau site permettra l’installation de huit lignes de production. "Nous avons sept ans pour passer de 64 000 marinières fabriquées chaque année à 700 000. Le plan de développement est à sept ans." À cet horizon, le chiffre d’affaires prévisionnel pourrait tutoyer les 10 millions d’euros.

Pour soutenir son développement et notamment ce nouveau projet , Ergotech initie un important plan de recrutement. "Nous prévoyons de recruter une centaine de personnes d’ici cinq ans entre la partie production et les fonctions supports avec des agents de maîtrise et la direction". Pour cela, plusieurs sessions de formation de six mois sont prévues. Si la formation est assurée par l’Institut Français du Textile et de l’Habillement (IFTH), la Région et Pôle Emploi sont aussi partenaires. Une première formation de douze personnes, pour des postes de couturiers ou de couturières, ouvre en ce mois d’octobre.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition