Sarthe

Industrie

Posson Packaging cartonne sur le marché de l'emballage

Par Olivier Hamard, le 15 novembre 2021

Pour agrandir son site de Louailles et renforcer son outil industrie, l’entreprise sarthoise Posson Packaging a lancé un programme d’investissements de 11,5 millions qui devrait être achevé fin 2022. La PME spécialisée dans l’emballage va gagner en capacité de production pour capter des marchés supplémentaires.

Sylvie Casenave-Péré, présidente de Posson Packaging, devant l’usine de Louailles d’où sortent chaque jour environ un million et demi d’emballages carton.
Sylvie Casenave-Péré, présidente de Posson Packaging, devant l’usine de Louailles d’où sortent chaque jour environ un million et demi d’emballages carton. — Photo : Olivier Hamard

Fin 2022, Posson Packaging aura ajouté 6 000 m2 de stockage à son site de plus d’un hectare construit en 2004 sur la zone d’activités de Louailles, à mi-chemin entre La Flèche et Sablé et à quelques encablures de l’autoroute A 11. Ce qui va permettre à la PME sarthoise spécialisée dans l’emballage carton de disposer alors de 17 000 m2, pour réorganiser son outil industriel en l’enrichissant du même coup de deux machines supplémentaires. La première est arrivée le mois dernier et la seconde sera installée en juin 2022. "Nous aimerions démarrer les travaux d’agrandissement en février-mars l’an prochain pour qu’ils soient terminés fin 2022, indique Sylvie Casenave-Péré, présidente de Posson Packaging. Les deux machines seront de nouvelle génération, et l’offset qui va quitter l’entreprise est probablement l’une des plus ancienne de cette taille au monde. Nous effectuons des investissements réguliers mais nous gérons aussi très bien nos machines pour qu’elles durent dans le temps." Au total, l’investissement réalisé par Posson Packaging, qui comprend également un important volet de développement informatique, s’élève à 11,5 millions d’euros, soutenu par France Relance, l’entreprise comptant parmi les 25 premiers lauréats, son dossier ayant été validé à l’automne 2020. "Cet investissement va nous apporter plus de capacités de production et nous allons pouvoir prendre des marchés supplémentaires", confie Sylvie Casenave-Péré. Des parts de marché prises sur l’ensemble du territoire national, à 70 % dans l’Ouest, la PME mancelle travaillant exclusivement pour des clients français. Si certains produits fabriqués à Louailles partent pour l’étranger en destination finale, c’est toujours via des donneurs d’ordres hexagonaux.

Un bureau d’études de 6 personnes

Chaque jour, l’entreprise de 125 personnes, fabrique environ un million et demi d’emballages en carton plat ou ondulé destinés à différents marchés, en premier lieu le secteur de l’agroalimentaire, majoritaire en termes de volume avec 50 %, mais aussi ceux de l’hygiène et de la santé, de l’industrie ou encore des métiers de la communication. "À partir de la matière première qui nous est livrée en bobines ou à plat, précise Sylvie Casenave-Péré, nous transformons au format et imprimons des cartons d’emballage qui seront à 80 % mécanisés dans l’usine du client pour y conditionner le produit. L’un de nos atouts est la capacité de gérer des problèmes complexes d’emballage. Nous n’avons pas de commerciaux mais uniquement des techniciens et nous avons conservé un bureau d’études de 6 personnes qui propose des solutions. Notre équipe travaille sur plusieurs secteurs d’activité dans un même site, ce qui oblige à une forte maîtrise technique. Notre bureau d’études a donc une vision très large." Une maîtrise également reconnue par la profession, qui a décerné à l’entreprise sarthoise de nombreux trophées, entre autres par l’ECMA (European Carton Makers Associations), qui regroupe 500 fabricants et transformateurs de carton, soit 70 % du marché européen. "C’est un peu l’équivalent des étoiles Michelin de notre métier", sourit la dirigeante.

Démarche environnementale

Autre atout de la PME sarthoise, qui transforme 15 000 tonnes de carton par an, un travail mené sur l’impact environnemental de ses produits depuis déjà bon nombre d’années. Labellisée ISO 14.001 depuis 2000, elle a su se monter en avance sur nombre de sujets : "Dès que je suis arrivée dans l’entreprise en 1995, raconte Sylvie Casenave-Péré, j’ai eu à cœur de nous faire sortir de l’image polluante de l’industrie. Nous nous sommes donc engagés très tôt sur les questions environnementales et les solutions pour réduire notre impact. Nous faisons notre 14e bilan carbone cette année et nous allons écrire notre 7e rapport RSE." L’entreprise travaille avec des encres végétales depuis 2004, peut calculer l’impact carbone d’un emballage et travaille avec 90 % de cartons recyclés, provenant uniquement d’Europe, ses fournisseurs étant pour deux d’entre eux français, les autres autrichiens, allemands, suédois ou encore norvégiens. "Chaque investissement est étudié à la loupe en tenant compte de l’impact environnemental qu’il aura, ajoute la présidente de Posson Packaging. Nous revalorisons 99 % de nos déchets et nos cartons sont recyclés en France sur des circuits courts. Notre volonté est de travailler maintenant avec un partenaire sarthois encore plus proche."

Un faible turn-over

Cette politique RSE menée par l’entreprise, récompensée par le prix RSE Pays de la Loire en 2019, se traduit aussi par une volonté forte de diversité et de mixité : Posson Packaging compte dans son effectif près de 40 % de femmes, soit presque le double que dans ce secteur d’activité industrielle. Le Codir de la PME, quant à lui, respecte une totale parité : "Je ne suis ni écolo ni féministe, s’amuse Sylvie Casenave-Péré, mais je le fais dans la réalité. Je suis ce que les Britanniques appellent une " doer ", quelqu’un qui fait ! Lorsque nous avons construit notre usine en 2004, que j’ai voulue ouverte sur l’extérieure et lumineuse, pour que les conditions de travail y soient agréables et que les gens s’y plaisent et s’y épanouissent. " Dans un secteur industriel tendu et sur un bassin d’emploi au taux de chômage peu élevé, l’entreprise de Louailles connaît ainsi un faible turn-over. Engagée, l’entreprise sarthoise mise aussi sur l’autonomie : la sienne, avec sa propre flotte de trois camions qui lui permet d’assurer la livraison d’environ un tiers de ses commandes, et celle des collaborateurs, avec différents process d’organisation mis en place dans l’usine au fil des ans : "Nous avons par exemple depuis 2006 un réseau interne de communication, explique Sylvie Casenave-Péré, sorte de Twitter d’entreprise commun à tous les services. "

Avec un chiffre d’affaires stable autour de 28 millions d’euros, Posson Packaging veut maintenant accélérer. L’investissement conséquent que réalise l’entreprise cette année et l’an prochain devrait y contribuer, tout en gardant comme ligne de conduite la politique RSE que l’entreprise s’est donnée et mène avec exigence.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition