Mayenne

Commerce

Malgré la tempête Covid, V and B repart de l'avant 

Par Rémi Hagel, le 29 novembre 2021

Après avoir été freinée par la crise sanitaire, l’enseigne de caves et bars V and B relance ses projets. Les travaux du nouveau siège social et d’entrepôts supplémentaires démarreront en mars 2022. Depuis Château-Gontier-sur-Mayenne, le réseau de 240 magasins et bars, qui a soufflé ses vingt bougies cette année, continue de s’étendre.

En 2001, Emmanuel Bouvet (bières) et Jean-Pierre Derouet (vins) se sont associés pour créer V & B. Vingt ans plus tard, le groupe emploie 1 500 personnes, et compte 240 magasins.
En 2001, Emmanuel Bouvet (bières) et Jean-Pierre Derouet (vins) se sont associés pour créer V & B. Vingt ans plus tard, le groupe emploie 1 500 personnes, et compte 240 magasins. — Photo : Rémi Hagel

Le Dragon 2 est en construction. Le voilier du skipper Maxime Sorel sera mis à l’eau au printemps 2022, afin de préparer un nouveau Vendée Globe, sous les couleurs de la PME mayennaise V and B, du conseil départemental de la Mayenne et du chocolatier Monbana.

À 34 ans, Maxime Sorel avait terminé en janvier 2021 dixième de son premier tour du monde à la voile en solitaire. "Oser entreprendre des choses un peu folles dans un monde frileux : on retrouve dans cette course à la voile le symbole de notre entreprise", s’enthousiasme Jean-Pierre Derouet, cofondateur de l’enseigne de caves et bars V and B, avec son associé Emmanuel Bouvet. "Maxime Sorel est jeune, on le suit depuis le début, il progresse. Comme toute entreprise !"

Le skipper pourra compter pour le tour du monde de 2024 sur un bateau neuf, qui nécessite un budget annuel de 2,2 millions d’euros, financés par les différents partenaires. En attendant, la première grande traversée du Dragon 2 sera la route du Rhum en novembre 2022. Un nom prédestiné pour une enseigne réunissant des caves et des bars…

Laisser passer la tempête du Covid

Pour V and B, le dernier Vendée Globe a apporté une dose de fraîcheur dans une année 2020 marquée par les restrictions liées au Covid-19. "Le Covid a provoqué l’inverse de notre concept : nous créons des lieux de sociabilité et de convivialité où les gens se rencontrent", indique Jean-Pierre Derouet.

Avec 25 millions d’euros de fonds propres, l’entreprise a pu faire le dos rond pour laisser passer la tempête. La fermeture des bars en 2020 avait été en partie compensée par une hausse de l’activité de caviste. Le réseau V and B devrait terminer 2021 avec 160 millions d’euros de chiffre d’affaires - soit autant qu’en 2018 - dont 100 millions d’euros pour la tête de réseau mayennaise. Ces chiffres encouragent le réseau de caves et de bars à réenclencher ses projets de développement qui avaient été gelés du fait de la crise sanitaire.

7,5 millions d’euros vont être investis en Mayenne

Le principal dossier de 2022 sera la construction d’un nouveau siège social, à quelques centaines de mètres des bureaux actuels de Château-Gontier-sur-Mayenne, à proximité des 12 000 m² d'entrepôts de l’entreprise. V and B y fera bâtir 2 400 m² de bureaux, ainsi que 6 000 m² d'entrepôts supplémentaires. L’ensemble nécessite un investissement de 7,5 millions d’euros. La première pierre doit être posée en mars prochain.

Les locaux libérés serviront d’extension à la brasserie et à la distillerie car l’activité de V and B ne se limite pas aux activités de cave et de bar.

Distillerie, brasserie et organisation de festivals

Disposant aussi de 130 hectares de vignes dans le Bordelais, l’entreprise produit une partie des vins, bières et spiritueux qu’elle distribue. La nouvelle distillerie a commencé à fonctionner en début d’année. Sachant qu’il faut trois ans de garde pour créer un whisky, les premières bouteilles d’eaux-de-vie mayennaises seront commercialisées en 2024. Depuis deux ans et demi, V and B brasse aussi sa propre bière. En 2021, 1 800 hectolitres de Mont Hardi auront été produits. Le double est attendu en 2022. Le brasseur compte notamment sur le retour des festivals, dont les Trois Éléphants à Laval. Et surtout le V and B Fest', autre diversification maison, qui a dû rester muet deux années à cause du Covid, après une première édition réussie en 2019. Ce festival de musique s’étalant sur trois jours reprendra du service en août 2022 près de Craon, en Mayenne.

Première franchise en Angleterre

Cette stratégie de diversification profite à l’ensemble des 240 magasins du réseau. Sa tête regroupe différentes activités dont la brasserie, la distillerie, une structure dédiée au transport disposant de 18 camions, la centrale d’achats et 40 magasins V & B. Le réseau est aussi constitué de 200 magasins supplémentaires, tous franchisés. La tête de réseau regroupe 400 salariés, l’ensemble emploie 1 500 personnes, dont plus de 80 sont associés. "Autant d’associés, ça n’existe quasiment pas ailleurs. C’est un business model auquel on a cru", assure Jean-Pierre Derouet. Un mode de fonctionnement qui porte ses fruits : souvent, un ancien salarié prend son envol, soutenu par l’entreprise, et ouvre une franchise.

"Nous en ouvrons deux par mois. Il y aura Luçon (Vendée) et Vendôme (Loir-et-Cher) en janvier, Issoudun (Indre) et Landivisiau (Finistère) en février", glisse Emmanuel Bouvet. "Partout, où cela est faisable, nous comptons ouvrir un V and B", ajoute Jean-Pierre Derouet. Les dirigeants mayennais projettent notamment de densifier la présence de l’enseigne en région parisienne ainsi que dans le nord-est de la France. Début 2022, c’est encore plus au nord, à Northampton en Angleterre, qu’ouvrira un V and B. Le premier outre-Manche, lancé par un salarié de l’entreprise marié à une Anglaise. Les deux dirigeants mayennais observeront l’aventure avec curiosité : "Ce sera un test après celui de La Réunion". À l’étranger, l’enseigne a aussi mis un pied en Suisse il y a quatre ans.

En 2001, Emmanuel Bouvet (bières) et Jean-Pierre Derouet (vins) se sont associés pour créer V & B. Vingt ans plus tard, le groupe emploie 1 500 personnes, et compte 240 magasins.
En 2001, Emmanuel Bouvet (bières) et Jean-Pierre Derouet (vins) se sont associés pour créer V & B. Vingt ans plus tard, le groupe emploie 1 500 personnes, et compte 240 magasins. — Photo : Rémi Hagel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail