Mayenne

Industrie

Le fabricant de moules d'injection Ermo se modernise et s’internationalise

Par Rémi Hagel, le 17 mai 2022

En Mayenne, Ermo investit 3,5 millions d'euros dans de nouveaux locaux de production et de nouvelles machines. Le fabricant de moules en acier pour le secteur de l'injection de matières plastiques vient par ailleurs de créer une filiale au Mexique et avance sur un projet similaire en Inde.

L'extension de 1 300 m² devrait être livrée en septembre prochain.
L'extension de 1 300 m² devrait être livrée en septembre prochain. — Photo : Rémi Hagel

L’usine Ermo de Marcillé-la-Ville est en pleine effervescence. Une machine neuve est arrivée en Mayenne début mai. Une deuxième doit suivre prochainement et la dernière est attendue au cours de l'été. Elles viennent du Japon et de Suisse. Avec les équipements, l’investissement monte à environ 2 millions d’euros. Pendant ce temps, à l’extérieur, les travaux d’extension sont en cours : un atelier de 1 300 m2 sort de terre, prolongeant les 4 400 m² des ateliers existants. Ces nouveaux locaux, à livrer en septembre, permettront de mieux organiser les flux de production.  

Ermo conçoit et réalise des moules en acier de grande précision pour le secteur de l'injection de matières plastiques. Ses clients, les injecteurs, produisent ensuite des pièces en nombre pour les secteurs de la cosmétique, du médical, de l’emballage alimentaire, du bouchonnage, etc.

Bertrand Hugain et Maurizio Delnevo devant des moules qu'ils ont présentés à l'Elysée en juin 2021.
Bertrand Hugain et Maurizio Delnevo devant des moules qu'ils ont présentés à l'Elysée en juin 2021. - Photo : Rémi Hagel

Créée en 1979, Ermo a été acquis par le groupe Inglass en 2014, puis repris fin 2017 par deux cadres : Maurizio Delnevo (PDG)  et Bertrand Hugain (directeur financier), rejoints au capital par trois autres associés et Pays de la Loire Croissance, un fonds géré par Siparex. À l’époque, elle comptait 130 salariés (dont 3 alternants), pour un chiffre d’affaires de 14 millions d'euros. Le groupe est, depuis, monté à 150 collaborateurs (dont 13 alternants) pour 20 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2021. Le groupe, c’est trois sites : le siège à Marcillé-la-Ville (70 personnes), une usine à Mayenne, à 12 km (25 personnes), et une autre à Vire (Calvados, une quarantaine de personnes). C’est également une filiale, Erpa, à Louverné (Mayenne). Ses huit salariés réalisent des machines spéciales dont les systèmes robotisés collectent les pièces plastiques dans les moules. Au rang de ses activités, Ermo apporte également son expertise en amont, sur des projets de développement d’emballages pour des clients (L’Oréal, Unilever, BioMérieux…) ; et en aval, pour l’entretien et la réparation de moules, ou des validations de produits avec son centre d’essai.

Une ligne robotisée chez Ermo. La société fabrique de moules d'injection pour le plastique.
Une ligne robotisée chez Ermo. La société fabrique de moules d'injection pour le plastique. - Photo : Ermo

Des choix gagnants

Si Ermo est en croissance, c'est parce que "les choix que nous avons faits lorsque nous avons repris l’entreprise se sont révélés gagnants", commente Bertrand Hugain. Le projet des repreneurs comprenait des investissements, du recrutement et une structuration commerciale. Un premier investissement de 2,5 millions d'euros dans des machines avait été réalisé en 2018-2019. La crise du Covid a ralenti la marche, mais les investissements en cours "avaient été imaginés dès notre acquisition". En octobre 2020, le projet a été soutenu par le plan France Relance. En tout, 800 000 € de subventions pour 3,5 millions d'euros d’investissements (machines et agrandissement). 

Bertrand Hugain, Ermo.
Bertrand Hugain, Ermo. - Photo : Rémi Hagel

60 % à l’export

Contrairement à son nom, Marcillé-la-Ville n’est qu’un village de 760 habitants. Cela n’empêche pas la PME de développer ses activités par-delà les frontières. Quelque 60% de son activité sont générés à l’export, en direct. "Nous sommes présents en Europe, en Amérique du Nord, mais aussi en Chine", explique Bertrand Hugain. Pour cela, le groupe s’appuie sur quatre agents, dont un au Mexique et un en Inde. Le développement du marché nord-américain se concrétise : une filiale vient d’être constituée au Mexique. Un technicien embauché va pouvoir assurer une assistance technique aux clients. "C’est la première étape, il y en

aura d’autres si ça fonctionne", voit Maurizio Delnevo. La réflexion est aussi en cours pour créer une filiale en Inde, et viser le marché local et éventuellement l’Asie du Sud-Est.

Maurizio Delnevo, Ermo.
Maurizio Delnevo, Ermo. - Photo : Rémi Hagel

Pour appuyer son développement, en particulier à l'international, Ermo compte sur la technologie. Elle a déposé dix brevets, notamment, en intégrant des fonctions électriques dans le fonctionnement de moules (plutôt que pneumatiques ou hydrauliques) : cela intéresse le milieu médical, qui a besoin d’un environnement le moins pollué possible. L’entreprise mayennaise a aussi anticipé les conséquences de la directive européenne sur les plastiques à usage unique : en 2024, tous les bouchons alimentaires devront rester attachés à leur bouteille. "Nous concevons des moules pour bouchons à haute cadence : ils permettent de fabriquer 72 bouchons en moins de trois secondes !" décrit le PDG.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition