Moselle

Distribution

Solosar mise sur une innovation américaine pour mieux sécuriser les routes

Par Chrystelle Thévenot, le 19 septembre 2022

La société Solosar, installée à Sarreguemines en Moselle, diversifie son activité en important une invention dans le domaine de la sécurité routière venue des États-Unis. L'objectif est d'atteindre 1,5 million d'euros de chiffre d'affaires avec cette nouvelle technologie d'ici trois ans.

Patrick Asimus, directeur général de Solosar, et son équipe.
Patrick Asimus, directeur général de Solosar, et son équipe. — Photo : Chrystelle Thévenot

La PME mosellane Solosar (13 salariés, 4 M€ de chiffre d'affaires), spécialisée dans les équipements de voirie, de la sécurité et de l’aménagement urbain, s'est diversifié en 2020 dans les revêtements rétro-réfléchissants pour la sécurité routière. Un revêtement appliqué verticalement issu d'un procédé breveté en 2014 aux États-Unis et exploité par le groupe américain Potters Industries, premier producteur mondial de billes en verre pour les marquages routiers, urbains et aéroportuaires. Solosar est "la seule société en France à proposer cette innovation", décrit Patrick Asimus, directeur général de l'entreprise de Sarreguemines fondée en 1978 et aujourd'hui filiale du groupe allemand Heintzmann (forges et aciéries).

80 000 euros de prêt remboursable 

Le procédé nommé Ultraguard est la combinaison d’une peinture aqueuse et de microbilles de verre à haut pouvoir rétro-réfléchissants applicable à la verticale sur tous les dispositifs routiers. Un accord de coopération exclusif a été signé en 2021 entre Potters et Solosar pour une durée de cinq ans, permettant à la société sarregueminoise de partir à la conquête des routes de l’Europe, du Moyen-Orient, de l’Afrique et de la Chine. L’ensemble du procédé, dont l’achat de la machine de marquage, a coûté près de 25 000 euros. Pour les autres équipements tels que les chariots de stockage de la matière première (billes et peinture), la société a pu compter sur un prêt remboursable d’un montant de 80 000 euros de sa banque. Un premier apport financier qui a permis à Solosar de se lancer. "Nous avons formé deux salariés en interne pour répondre aux attentes des clients", souligne Patrick Asimus.

3 000 morts sur la route en France

Selon les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, la France dénombre, chaque année, près de 3 000 morts et 67 000 blessés. "Il en va de même dans tous les pays développés. Il faut savoir que l’insécurité routière coûte en moyenne 2 % à 3 % du PIB annuel d’un pays", plaide Patrick Asimus. Un des nombreux facteurs d’accidents est l’obscurité, qui masque souvent la signalisation des routes. S’appuyant sur cet argumentaire, le dirigeant lorrain a déjà conquis les routes de Belgique et de Suisse. En France, le marché des routes et autoroutes est très encadré et normé, et prendra "un peu plus de temps" à conquérir. Les équipes de Solosar partiront tout de même fin septembre installer 400 mètres de bandes réfléchissantes dans le département de la Drôme, première collectivité à avoir répondu à l’offre de Solosar. L'objectif pour l'entreprise est d'atteindre 1,5 million d'euros de chiffre d'affaires avec cette nouvelle technologie d'ici trois ans.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition