Vosges

Industrie

Investissement industriel

La production de papier-carton chez Norske Skog Golbey va démarrer avec six mois de retard

Par Jean-François Michel, le 23 novembre 2023

Une rallonge de 35 millions d’euros et six mois supplémentaires seront nécessaires pour aller au bout du projet de conversion de la machine à papier numéro 1 de l’usine Norske Skog de Golbey, dans les Vosges.

Le budget du chantier mené pour convertir la machine à papier chez Norske Skog, à Golbey, va passer de 265 à 300 millions d’euros.
Le budget du chantier mené pour convertir la machine à papier chez Norske Skog, à Golbey, va passer de 265 à 300 millions d’euros. — Photo : Lucas Valdenaire

L’arrivée du groupe Norske Skog sur le marché du papier-carton pour l’emballage était programmée pour la fin 2023. Il faudra patienter six mois de plus. Les équipes du papetier norvégien auront besoin de ce temps supplémentaire pour mener à bien le projet de conversion de la machine à papier numéro 1 de l’usine de Golbey, dans les Vosges, de la production de papier journal à la production de carton d’emballage recyclé.

Pour le président de Norske Skog Golbey (CA : 344 M€ ; 330 salariés), Yves Bailly, la "quasi-totalité" des grands projets industriels européens affichent "entre 6 et 18 mois de retard, et des dépassements de leur budget d’au moins 30 %". Dans le cas de l’usine de Golbey, le groupe estime aujourd’hui que l’investissement total sera de 300 millions d’euros au total, contre 265 millions au lancement du projet. "Sur les trois dernières années, nous sommes sur une base inflationniste de pratiquement 10 % l’an. Nos chiffrages ont été faits en 2020, donc aujourd’hui, ce n’est pas anormal d’être en dépassement", estime Yves Bailly.

Le président de Norske Skog Golbey évoque "un retard global" sur la chaîne d’approvisionnement. "Nous n’avons pas réussi à avoir, en commençant par l’ingénierie, les capacités de calcul pour pouvoir être suffisamment prêts en temps et en heure. Ensuite, il n’a pas été simple de sourcer les entreprises pour mener ce chantier, du fait notamment de la crainte des pénalités de retard et des difficultés à trouver la main-d’œuvre".

"Des difficultés qui n’existent pas quand on part d’un terrain vierge"

Yves Bailly comme le PDG de Norske Skog, Geir Drangsland, s’accordent à dire que le chantier mené à Golbey est hors norme. "Cela a été un processus exigeant en raison de la complexité du projet et parce qu’il s’écarte des plans que nous avons communiqués jusqu’à présent. Par conséquent, nous nous concentrerons fortement à l’avenir pour garantir la livraison du projet dans le cadre de ces nouveaux paramètres", a déclaré dans un communiqué le PDG de Norske Skog. Concrètement, la conversion de la machine à papier doit plutôt être envisagée comme une construction neuve : "C’est une machine totalement nouvelle", confirme le président de Norske Skog Golbey. "Il a par exemple fallu modifier les fondations du bâtiment, avec des difficultés qui n’existent pas quand on part d’un terrain vierge, parce que dans notre projet, les murs existent. Nous avons récupéré les bâtiments, mais quasiment rien de l’outil : l’enrouleuse est neuve, la bobineuse est neuve".

Capable de produire 550 000 tonnes de papier-carton par an, cette nouvelle machine devra atteindre 95 % de sa capacité "dans les 2 à 3 ans suivant son démarrage", indique le groupe Norske Skog. Avec la machine à papier déjà convertie à Bruck, en Autriche, le projet mené à Golbey doit doter le groupe d’une capacité totale de 760 000 tonnes de papier-carton destiné au marché de l’emballage. Si la croissance de ce segment de marché a poussé d’autres acteurs à convertir des machines à papier journal vers le papier-carton, engendrant une surproduction dans les années à venir, Yves Bailly estime que le marché "va continuer à progresser pendant 10 ans, d’environ 1 à 3 % par an".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition