Nancy

Santé

Inotrem décroche 45 millions d'euros pour son candidat médicament contre le Covid-19

Par Jean-François Michel, le 15 juillet 2021

La société de biotechnologie nancéienne Inotrem a décroché un financement dans le cadre d'un appel à manifestation d’intérêt piloté par Bpifrance visant à développer des produits de santé contre la pandémie de Covid-19.

Jean-Jacques Garaud a cofondé la société de biotechnologie nancéienne Inotrem en 2013.
Jean-Jacques Garaud a cofondé la société de biotechnologie nancéienne Inotrem en 2013. — Photo : © Inotrem

Déjà devenu une "priorité nationale de recherche" dans la lutte contre le Covid-19 en décembre 2020, le candidat médicament nangibotide, développé par la société de biotechnologie nancéienne Inotrem, vient de recevoir un financement public de 45 millions d’euros. Une somme accordée dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt "Capacity Building", opéré pour le compte du gouvernement français par Bpifrance, dans le cadre du programme d’investissements d’avenir et du plan de relance, portant le soutien de l’État au projet à un total de 52,5 millions d’euros.

Déjà engagé dans un essai clinique de phase 2/3, visant à démontrer l’efficacité et l’innocuité du nangibotide dans le traitement des patients en détresse respiratoire atteints de formes graves de Covid-19, Inotrem va pouvoir poursuivre ce programme, appelé "Essential".

Jusqu’à 730 patients impliqués

"Nous sommes impatients de poursuivre le développement du nangibotide dans ces formes graves de Covid-19", précise le vice-président exécutif et cofondateur d’Inotrem, Jean-Jacques Garaud, dans un communiqué. "Le nangibotide a déjà démontré une tendance à l’efficacité chez les patients en état de choc septique et qui a le potentiel de moduler la réponse immunitaire dérégulée chez les patients atteints de Covid-19 gravement malades. Avec cette grande étude clinique, nous pouvons démontrer l’efficacité du nangibotide dans une autre indication dans le but de réduire la durée de l’hospitalisation et de la mortalité."

Après une phase dite "2a" dans laquelle Inotrem avait recruté 60 patients, la biotech va impliquer jusqu’à 730 patients pour son programme "Essential", "en France et en Belgique et, éventuellement, dans d’autres pays européens", indique la société fondée en 2013. Les études précliniques menées jusqu’à présent, notamment dans le cadre d’un consortium regroupant les hôpitaux universitaires de Nancy et de Limoges, ont permis de montrer que "l’administration de nangibotide dans des modèles murins infectés par le Sars-CoV-2 était associée à une diminution des médiateurs inflammatoires et à une amélioration des signes cliniques, en particulier de la fonction respiratoire, et de la survie".

Arrivé en mars 2021 à la tête d’Inotrem, ancien directeur financier de la société pharmaceutique suisse MetrioPharm, Sven Zimmerman s'est félicité de "l’ampleur du soutien financier (...) accordé (à Inotrem) dans le cadre de l’initiative du gouvernement français contre le Covid-19".

Jean-Jacques Garaud a cofondé la société de biotechnologie nancéienne Inotrem en 2013.
Jean-Jacques Garaud a cofondé la société de biotechnologie nancéienne Inotrem en 2013. — Photo : © Inotrem

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail