Pays de la Loire

Industrie

Interview "Pour la construction du cargo à voile de Neoline, Neopolia n'a pas encore réussi à signer avec les banques"

Entretien avec Alain Leroy, président de Neopolia

Propos recueillis par Didier San Martin - 28 septembre 2021

Neopolia, réseau d’entreprises industrielles des Pays de la Loire, a été retenu en juin par Neoline, armateur nantais innovant pour transporter du fret, afin de construire le Neoliner, un cargo roulier de 136 mètres de long, d’une capacité de 540 véhicules, tracté à 90 % par le vent. Sa construction, estimée à 50 millions d’euros, emploiera 300 personnes pendant près de 3 ans.

Alain Leroy est le président de Neopolia qui regroupe 240 entreprises, dont 220 sont installées dans les Pays de la Loire.
Alain Leroy est le président de Neopolia qui regroupe 240 entreprises, dont 220 sont installées dans les Pays de la Loire. — Photo : Didier San Martin

Où en est votre contrat avec Neoline ?

Nous avons pris le parti de commencer les études de la coque et du gréement car plus nous démarrons tôt nos travaux, plus nous serons capables de sécuriser le délai. Et pourtant, aujourd’hui, le contrat n’est pas signé. Nous avons eu une lettre d’intention de commande par Neoline, le dossier est contractuellement arrêté avec le client, les aspects techniques sont entendus. Mais notre grande difficulté, c’est le contrat banque. Nous avons pourtant avec nous l’État qui a joué un rôle bienveillant dans la mesure où il nous accorde un dispositif qui contre-garantit 80 % du coût du projet. De notre côté, nous avons validé le fait que nous étions prêts à poser une hypothèque sur le navire s’il y avait un problème. Mais nous n’avons pas encore réussi à signer avec les banques… Nous allons faire une proposition pour que la CCI régionale orchestre la création d’un fonds de garantie qui pourrait être activé par les industriels. Cela serait un atout supplémentaire, pour nous comme pour les banques.

Vous restez confiant par rapport au projet ?

Industriellement parlant, nous sommes totalement confiants. Mais l’on voit bien aujourd’hui que la mécanique de l’administration bancaire est compliquée. Très complexe. Il faut que les institutions, le monde bancaire et l’industrie soient en capacité de se doter de moyens qui facilitent la réindustrialisation du pays. 23 entreprises membres de Neopolia sont engagées dans la construction du navire de Neoline, cela représentera plus de 300 emplois directs pendant 31 mois. Le projet, c’est du maintien de compétences sur le territoire, de la propreté dans la mobilité (le cargo sera tracté par une voile, NDLR). Ce sont des valeurs porteuses aujourd’hui. Mais si les systèmes sont bloqués, si nous n’arrivons pas à obtenir ce montage positif de la construction bancaire et bien, globalement, ces projets novateurs à caractère de mobilité durable maritime verront le jour non pas en France mais en Hollande ou en Chine…

Comment procédez-vous pour un projet tel que celui de Neoline pour répartir les commandes quand vos adhérents sont concurrents ?

Quand Neopolia reçoit une demande, nous identifions les besoins et lançons un appel à manifestation d’intérêt. Nos adhérents (le réseau de PME basé à Saint-Nazaire en compte 240) qui sont intéressés ont alors accès au document. Quand nous avons plusieurs entreprises en capacité de répondre à un même lot, nous choisirons celle qui présente les meilleurs avantages en termes de qualité, de délais et de prix. Au final, c’est nous qui choisissons car c’est nous qui proposons au client une offre Neopolia, autrement dit une offre globale qui couvre l’ensemble du projet.

Alain Leroy est le président de Neopolia qui regroupe 240 entreprises, dont 220 sont installées dans les Pays de la Loire.
Alain Leroy est le président de Neopolia qui regroupe 240 entreprises, dont 220 sont installées dans les Pays de la Loire. — Photo : Didier San Martin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail