Nantes

Textile

Le repreneur d'Aipi Sérigraphie investit pour moderniser les équipements

Par Cyril Raineau, le 28 octobre 2021

L’entrepreneur breton Christophe Faligon impulse un nouveau souffle à Aipi Sérigraphie, TPE de Sainte-Luce-sur-Loire, près de Nantes, qu’il a rachetée en juillet 2021. Partisan d’accueillir des apprentis de l’école nantaise Grafipolis, le dirigeant engage par ailleurs des investissements pour moderniser les équipements.

Christophe Faligon a repris Aipi Sérigraphie à Sainte-Luce-sur-Loire en juillet 2021.
Christophe Faligon a repris Aipi Sérigraphie à Sainte-Luce-sur-Loire en juillet 2021. — Photo : Cyril Raineau

Le point final à une vie de dirigeant, Robert Braud, fondateur en 1986 d’Aipi Sérigraphie à Sainte-Luce-sur-Loire (Loire-Atlantique) l’a apposé le 30 juin 2021, faisant valoir ses droits à la retraite. Un nouveau chapitre de l'histoire de la TPE experte dans l’impression sur textile et objets s’est ouvert avec sa reprise par Christophe Faligon dans la foulée.

L’entrepreneur breton dirige également Cap-Ouest.bzh, une petite entreprise de cinq collaborateurs (350 000 euros de chiffre d’affaires) dédiée à la vente par correspondance de matériel et textile pour l’événementiel sportif et culturel, de marquage au sol et de ruban de signalisation (rubalise) à Concarneau (Finistère). "Depuis onze ans, je sous-traitais pour Cap-Ouest.bzh la partie sérigraphie auprès de deux partenaires en Bretagne et d’un partenaire dans le Nord. Pour des raisons de coût mais aussi et surtout de maîtrise des délais, je cherchais à reprendre un atelier", décrit le dirigeant. C'est ainsi qu'il a racheté Aipi Sérigraphie.

"Une référence à Nantes"

Sérigraphie sur du textile et des objets (parapluies, jalons, pièces pour l’automobile…), flocage en monocouleur ou quadrichromie, broderie (de manière marginale) et bientôt couture : alors que la TPE réalisait aux alentours 350 000 euros de chiffre d'affaires (hors Covid), Christophe Faligon envisage rapidement d'atteindre la barre des 600 000 euros. Ses clients, associations comme entreprises, commerçants comme artisans, se situent essentiellement dans le Grand Ouest.

"Je veux que l’on devienne une référence à Nantes dans le domaine de la sérigraphie et du marquage d’objets. Pour y parvenir, je souhaite que l’équipe gagne en compétence, ce qui demande des moyens matériels", consent-il. D’ici la fin de l’année, de nouveaux équipements arriveront sous le toit d'Aipi Sérigraphie pour un investissement de 30 000 euros. Puis, en deux temps en 2022, 75 000 euros financeront des machines plus modernes.

En parallèle, Christophe Faligon mise sur la formation. L’entreprise comprend à ce jour six salariés et quatre apprentis. "Nous avons à Nantes l’une des plus importantes écoles de sérigraphie de France, Grafipolis, remarque Christophe Faligon. Elle constitue un véritable vivier sur lequel s’appuyer."

Christophe Faligon a repris Aipi Sérigraphie à Sainte-Luce-sur-Loire en juillet 2021.
Christophe Faligon a repris Aipi Sérigraphie à Sainte-Luce-sur-Loire en juillet 2021. — Photo : Cyril Raineau

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail