Rennes

Numérique

Silbo se refinance à hauteur de 2 millions d'euros

Par Baptiste Coupin, le 15 septembre 2022

Spécialiste de l'amélioration des process et des flux logistiques dans les établissements de santé, la start-up rennaise Silbo mène une opération de refinancement de 2 millions d'euros en 2022, notamment via une augmentation de capital.

L'équipe de Silbo (ex-Ambuliz), à Rennes. La start-up mène une opération de refinancement de 2 millions d'euros en 2022.
L'équipe de Silbo (ex-Ambuliz), à Rennes. La start-up mène une opération de refinancement de 2 millions d'euros en 2022. — Photo : Josephine Sicot

Le rennais Silbo (ex-Ambuliz, 20 collaborateurs, chiffre d'affaires non communiqué), spécialiste de l'amélioration des process et des flux logistiques dans les établissements de santé, mène, depuis début 2022, une opération de refinancement à trois étages pour poursuivre son développement. Premier étage : une augmentation de ses fonds propres via l'entrée au capital du business angel Christophe Boutin, ancien président du girondin Maincare Solutions, et le réinvestissement de ses autres actionnaires, Vivalto Santé et le fonds breton Epopée Gestion (pour 600 000 euros). Second étage : le lancement d'une opération obligataire via la plateforme de crowdfunding myOptions (pour 800 000 euros). Troisième étage : des crédits de Bpifrance (pour 600 000 euros).

Capter les financements

Au global, la jeune entreprise, née en 2018, devrait lever 2 millions d'euros. "Il y a un juste équilibre à trouver entre l'opportunité des investisseurs qui sont prêts à te prêter, avec un niveau de valorisation de la société à déterminer ensemble, et les autres opportunités de financement qu'il y a sur le marché. Aujourd'hui, il y a des quantités d'enveloppes liées à l'innovation, explique Antoine Bohuon, le président fondateur de Silbo, surtout sur notre périmètre santé. C'est devenu une vraie ingénierie de savoir capter les financements."

Présent dans 80 établissements de santé en France, Silbo, qui répond à un besoin organisationnel des groupements hospitaliers, veut continuer d'améliorer son service. 80 % des montants levés permettront à la PME bretonne de continuer à financer sa R&D. "Nous venons de créer des outils dynamiques dans la gestion de flux des patients. L'enjeu, pour nous, aujourd'hui, se situe sur les blocs opératoires, les radios et les urgences. C'est comme cela que l'on veut accélérer notre projet."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition