Toulouse

Toulouse : Le premier immeuble "passif" du Sud-Ouest

Par la rédaction, le 09 novembre 2015

La résidence Vol de nuit à Toulouse est le premier immeuble labellisé Passivhaus du grand Sud-Ouest. Cette certification qui assure une réduction de la consommation d'énergie lance l'architecte Laurence Ryckwaer sur le vaste marché de la "maison passive".
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le projet de Laurence Ryckwaer était ambitieux : construire un bâtiment répondant aux normes ultra exigeantes de la "maison passive".  Techniquement, cela consistait à concevoir et construire un immeuble qui soit validé par le label Passivhaus. En Belgique, en Suisse et en Allemagne, c'est chose courante. En France, pour ce qui est le maîtrise des dépenses énergétiques,  on se contente de la norme  ERT2012, que l'architecte juge "pas assez cohérente. " Il a fallu deux ans pour concrétiser le projet et les travaux ont été terminés en octobre 2014.  Un an après, Laurence Ryckwaer fait le bilan avec les occupants  : "Les résidents sont plus que satisfaits d'un point de vue confort d'habitat mais aussi d'économies d'énergies et donc d'argent. "En tant qu'architecte  et constructeur, l'entrepreneuse toulousaine s'est chargée de la conception puis de la promotion de ce projet novateur. Au total, les travaux ont coûté 1,45 M€. Les isolations, le triple vitrage, les brise-soleil et volets roulants sont autant de matériaux et de procédés sur lesquels l'architecte a travaillé pour minimiser au maximum les ponts thermiques et conserver une tempréature agréable à toute saison. Résultat ; les nouveaux habitants de la résidence située avenue de Saint Exupéry (Place de l'Ormeau) maintiennent une température entre 20 et 22 degrés avec un minimum de chauffage toute l'année : "les radiateurs du chauffage collectif de l'immeuble sont pratiquement tout le temps froids" . Conséquence : "les dépenses en consommation d'énergie sont divisées par trois." La facture moyenne annuelle pour un appartement de 100 m² a oscillé entre 500 et 700 euros. Ce qui est beaucoup plus faible que pour une construction classique. "  En France, environ 300 constructions répondent aux normes de la "maison passive".  Laurence Ryckwaer entend répandre son savoir-faire et proposer des maisons individuelles ou des groupement de maison individuelles sur ce modèle.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises