Rachat de STX France : Fincantieri ne sera pas forcément majoritaire

Par Amandine Dubiez, le 04 janvier 2017

Le secrétaire d’Etat à l’Industrie s'est rendu le 4 janvier à Saint-Nazaire pour apaiser les syndicats inquiets du profil de Fincantieri, seul candidat en lice pour la reprise de STX France. Christophe Sirugue a aussi rassuré les élus locaux qui demandent que le groupe italien reste minoritaire au capital.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Christophe Sirugue a voulu rassurer les syndicats et les élus locaux qui s’inquiétaient d’un passage des chantiers de Saint-Nazaire sous pavillon italien. « Il est clair que notre projet, celui dont nous discutons actuellement, n’est pas une hypothèse où Fincantieri serait majoritaire à lui tout seul. Nous regardons quelles sont les possibilités en termes de pacte d’actionnariat avec Fincantieri et peut-être avec d’autres », a indiqué le secrétaire d’Etat à l’Industrie, ce mercredi.

Alors que les négociations sur le pacte d’actionnariat avec l’Italien, leader européen de la construction navale, viennent tout juste de commencer, le gouvernement insiste pour que DCNS fasse une petite entrée au capital. L’Etat ne souhaite pas diminuer sa part qui atteint aujourd’hui 33,4% de STX France. Une solution qui satisfait Bruno Retailleau, le président du conseil régional des Pays de la Loire : « Ce que je souhaite, c’est que le pôle public, Etat + DCNS, puisse équivaloir au poids au capital de Fincanteri. Il peut y avoir ensuite d’autres acteurs », précise l'élu qui n’exclut pas une entrée de la Région au capital, « si c’est strictement nécessaire».

 

MSC Croisières et Royal Caribbean Cruise Line au capital ?

Les autres acteurs pourraient être « les armateurs MSC et Royal Caribbean Cruise Line », souffle Yannick Vaugrenard. Le sénateur de Loire-Atlantique est lui aussi soulagé d’apprendre que le gouvernement s’engage à ce que Fincantieri ne soit pas majoritaire :  « Cela me semble hautement souhaitable. Les dirigeants de Fincantieri seraient en partie les patrons mais ils ne décideraient pas de tout. Il y aurait une puissance publique à travers l’Etat et DCNS et, de l’autre côté, il peut très bien y avoir les armateurs MSC Croisières et Royal Caribbean Cruise Line et Fincantieri. »

Cet accueil plutôt froid de Fincantieri de la part des élus locaux s’explique par les liens qu’entretient l’Italien avec la Chine. Fincantieri a en effet créé une coentreprise avec China State Shipbuilding Corp destinée à alimenter le marché chinois de la croisière, en plein développement. Les responsables politiques craignent un transfert de compétences.

Des négociations jusqu'en avril

Si les négociations avec Fincantieri viennent tout juste de commencer, le pacte d’actionnaire ne devrait pas être acté avant plusieurs semaines, voire même plusieurs mois. Le secrétaire d’Etat à l’Industrie a rappelé que les négociations, d’une part entre le groupe STX et Fincantieri et entre Fincantieri et la France d’autre part, venaient tout juste de commencer et que la procédure pourrait se poursuivre jusqu’au mois d’avril.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture