Financement

L’État prolonge, mais modifie, ses aides à l’apprentissage pour 2023

Par Stéphane Vandangeon, le 02 décembre 2022

L’État prolonge en 2023 ses aides à l’apprentissage, mais modifie son dispositif. Les entreprises pourront désormais toucher une prime unique de 6 000 euros.

Entre 2016 et 2021, le nombre d’entrées de jeunes en alternance est passé de 438 000 à près de 733 000.
Entre 2016 et 2021, le nombre d’entrées de jeunes en alternance est passé de 438 000 à près de 733 000. — Photo : aerogondo - stock.adobe.com

Le gouvernement ne met pas un terme à ses aides à l’apprentissage. Les entreprises qui emploient un alternant en 2023 pourront toujours bénéficier d’un coup de pouce financier. Déjà prolongé l’été dernier jusqu’au 31 décembre 2022, le dispositif du gouvernement perdure mais évolue.

Jusqu’à présent, le montant de l’aide accordée à une entreprise pour l’embauche d’un apprenti ou d’un salarié en contrat de professionnalisation variait en fonction de l’âge : 5 000 euros si la personne recrutée était mineure, 8 000 si elle était majeure.

Une aide de 6 000 euros pour les entreprises

En 2023, la prime sera de 6 000 euros pour toutes les personnes recrutées, pour la première année d’exécution du contrat.

Cette évolution permet, d’une part, de revaloriser l’aide des alternants mineurs. Un rapport publié par la Cour des comptes en juin 2022 avait notamment pointé le fait que l’apprentissage jouait moins son rôle d’insertion que par le passé. Si le nombre d’apprentis post-bac augmente rapidement, la part des apprentis préparant un diplôme d’un niveau inférieur recule.

D’autre part, la création d’une prime unique de 6 000 euros permet au gouvernement de faire des économies. De l’ordre de 1,5 milliard d’euros, selon Le Figaro. " En termes de soutenabilité budgétaire, il nous fallait revoir les niveaux décidés pendant la crise du Covid, tout en maintenant un niveau d’investissement qui soit massif ", indique le ministre du Travail Olivier Dussopt.

Objectif : un million d’apprentis

Les aides financières déployées par le gouvernement depuis le Covid ont permis de considérablement développer l’apprentissage en France. Entre 2016 et 2021, le nombre d’entrées de jeunes en alternance est passé de 438 000 à près de 733 000, selon le ministère du Travail.

Un chiffre que le gouvernement souhaite encore voir progresser. Objectif d'Olivier Dussopt : atteindre la barre du million de nouveaux apprentis par an à la fin du quinquennat en 2027.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition