Finistère

Énergie

Quénéa veut se déployer encore dans le Grand Ouest pour mieux recruter

Par Jonathan Konitz, le 25 mai 2022

Le spécialiste carhaisien de l’éolien et du panneau photovoltaïque, Quénéa, fonde de grands espoirs sur la transition écologique, et un désir d’indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, pour booster son activité. Mais des freins subsistent, dont la difficulté à recruter.

Cécile Maisonneuve, directrice communication et Ludovic Merlière, directeur de la partie photovoltaïque chez Quénéa.
Cécile Maisonneuve, directrice communication et Ludovic Merlière, directeur de la partie photovoltaïque chez Quénéa. — Photo : Jonathan Konitz

Les voyants sont au vert pour Quénéa Énergies Renouvelables (42 salariés, CA non-communiqué), spécialiste du panneau photovoltaïque et de l’éolien breton. À commencer par "un prix de l’électricité photovoltaïque concurrentiel avec les tarifs des grands fournisseurs historiques, analyse Ludovic Merlière, directeur de la partie photovoltaïque chez Quénéa. Cette compétitivité rend séduisant l’investissement dans les panneaux solaires pour sa propre consommation, et la revente d’énergie."

Une attractivité couplée à une hausse des performances, pour un tarif moindre, du panneau solaire (1,7 m x 1 m) : comptez 100 € HT aujourd’hui pour 400 W contre 550 € pour une puissance de 210 W en 2009.

Contexte politique favorable

La nomination d’Élisabeth Borne au poste de Premier ministre, "dont la principale mission sera de porter la transition écologique", rapporte Cécile Maisonneuve, directrice communication, marketing et relation publique du groupe breton, joue aussi en faveur du moral de l’entreprise. "Nous avons de grands espoirs. Il y a de bons signaux aussi du côté de la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie, qui nous l'espérons donnera la part belle aux projets éoliens offshores et terrestres."

Le contexte géopolitique de la guerre en Ukraine n’est pas sans influence sur le comportement des clients de l’entreprise, "majoritairement des collectivités locales et historiquement les particuliers sur notre site de Carhaix", précise Ludovic Merlière. Il détaille : "Nous sommes dans une situation de dépendance énergétique envers le gaz russe dont on veut tous se passer." Pour le jeune directeur, les objectifs de croissance sont prometteurs : "cette année, nous allons quasiment doubler notre évolution, et ça va se poursuivre dans les années à venir", indique-t-il, sans pour autant révéler le chiffre d’affaires de l’entreprise, une donnée stratégiquement sensible dans le secteur.

Des freins à l’activité

Si la vague est là, encore faut-il avoir les moyens de surfer dessus. Or, Quénéa rencontre certains obstacles : tout d’abord la difficulté à recruter les "bonnes personnes, au bon endroit au bon moment." Une dizaine de postes sont ouverts, pour des profils d’installateurs, technicien de maintenance, etc. "Des métiers en tension", décrit Ludovic Merlière.

D’où la volonté du groupe de multiplier d’autres antennes à Brest, Caen, ou Lorient afin de mieux se déployer sur le Grand Ouest – sa zone d’activité – et dénicher les talents. "Nous voulons créer des équipes locales. Pas juste une boîte postale", argue Cécile Maisonneuve.

Évidemment, les problèmes d’approvisionnement et la hausse du prix des matériaux (silicium, aluminium, onduleur, etc.) qui montent jusqu’à 30 % en plus pour les panneaux solaires, n’épargnent pas Quénéa. "Notre marge ne couvre pas cette augmentation, il nous faut trouver un arrangement avec les clients, même si nous avons des contrats déjà signés et que nous essayons de répercuter le moins possible…", se désole le directeur de la partie photovoltaïque.

Malgré ces nuages à l’horizon, l’entreprise peut se vanter d’un nouveau partenariat avec un acteur local de l’énergie : Enercoop Bretagne (siège à Rennes en Ille-et-Vilaine), qui a sollicité Quénéa pour poser 475 m² de panneaux photovoltaïques en mars sur une toiture à Quimper, dans la zone commerciale de Gourvily. "Une alliance amenée à se développer", annonce Ludovic Merlière, sans trop en dévoiler.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition