Quimper

BTP

Maisons de l'Avenir lance son nouveau concept Bâti Activ

Par Pierre Gicquel, le 20 février 2018

Le constructeur de maison individuelles Maisons de l'Avenir, basé à Quimper, vient de lancer Bâti Activ, un concept de maison autonome en énergie mêlant isolation performante et installation photovoltaïque. Explications.

Hermann Genouel (à gauche), président du groupe des Maisons de l'Avenir, avec les représentants de Neoventil et Terre Solaire. — Photo : Pierre Gicquel

Le groupe quimpérois Maisons de l'Avenir (110 salariés, 45,6 M€ de CA consolidé), constructeur de maisons individuelles présent en Bretagne mais aussi en Vendée (filiales Tradiligne et Aquarelle), vient de lancer un nouveau concept de maison autonome nommé Bâti Activ. Après avoir construit près de 107 maisons super isolées Bâti-Passive en trois ans, le groupe Maisons de l'Avenir s'associe cette fois aux entreprises Terre Solaire (Eure) et Neoventil (Loire-Atlantique) pour la faire évoluer en Bâti Activ. Ce concept inclut une performance bioclimatique 40 % supérieure à la RT 2012 et devance la future RE 2020, avec un système de ventilation innovant.

De la maison passive à la maison active

Un concept qui est autant un pari pour l'avenir que le résultat d'années d'expérience, selon Hermann Genouel, qui a pris la direction du groupe familial en janvier 2016, à la suite de son père : « Depuis nos débuts, en 1952, il s'agit de construire des maisons industrialisées dans un contexte traditionnel. Bâti Activ est le fruit de quatre générations de maisons éco-perfomantes que nous élaborons depuis le début des années 2000. La maison Bâti Passiv, lancée en 2015, affichait une facture de chauffage de 300 euros par an. Avec Bâti Activ nous allons encore plus loin, notamment par l'ajout d'un système de ventilation VMI conçu par Neoventil et qui purifie l'air.»

Hermann Genouel, président du groupe Maisons de l'Avenir - Photo : Maisons de l'Avenir

Objectif : 30 % de ses constructions

Le plus du projet : une installation photovoltaïque spécialement optimisée par l'entreprise Terre Solaire, que les futurs acquéreurs pourront en effet ajouter à leur projet de construction. Ce qui augmente le coût total d'une maison de 90 m² (hors terrain), pour atteindre 138 000 €, là où le prix moyen d'un projet classique Maisons de l'Avenir tourne autour de 123 000 € pour la même surface. «En comparant la charge mensuelle d'une maison classique, qui regroupe le prêt bancaire, la consommation énergétique et l'entretien, à la charge mensuelle d'une Bâti Activ avec photovoltaïque, on arrive en fait à des mensualités quasi égales, grâce à l'autoconsommation de l'énergie solaire et à la revente du surplus», souligne le dirigeant.

Fort de cet argument, Maison de l'Avenir vise une part de 30% de ses constructions en Bâti Activ dans les années à venir, soit une centaine de maisons par an. « Un autre argument important est celui du prix de revente d'une maison, car d'après les notaires, une maison classée A est vendue 5% plus chère qu'une maison classée B... Mais il existe encore beaucoup de freins lorsqu'il faut convaincre les clients de l'intérêt d'une innovation », conclut Hermann Genouel.

Hermann Genouel (à gauche), président du groupe des Maisons de l'Avenir, avec les représentants de Neoventil et Terre Solaire. — Photo : Pierre Gicquel