Quimper

Transport

Les ambitions de Chalair pour la ligne Quimper-Orly

Par Isabelle Jaffré, le 25 novembre 2019

Depuis le 25 novembre, la ligne aérienne entre Quimper et Orly est de nouveau active. C’est Chalair, la compagnie normande, qui a repris le flambeau de Hop !. Une bonne nouvelle pour les patrons cornouaillais, qui devaient prendre le train ou rouler jusqu'à Brest pour se rendre à Paris.

Chalair opère 14 appareils Beechcraft 1900 et des ATR.
Chalair opère 14 appareils Beechcraft 1900 et des ATR. — Photo : © Chalair

La ligne aérienne entre Quimper et Paris va-t-elle enfin décoller ? C’est le pari de la compagnie normande Chalair (115 salariés, 19 M€ en 2018). Après plus de deux mois sans ligne Quimper-Orly, la seule régulière de l’aéroport, la liaison a repris le 25 novembre dernier avec un ATR de 70 sièges. « Notre ambition est clairement de développer la ligne, avec, à terme, des équipages basés à Quimper », indique le PDG, Alain Battisti. Venu à Quimper courant octobre, le dirigeant a présenté son offre devant une quarantaine d’acteurs économiques cornouaillais, qui l’attendaient de pied ferme. En effet, depuis longtemps déjà la ligne alors opérée par Hop ! accumulait retards et annulations, entraînant les passagers, et les dirigeants en particulier, à se tourner vers l’aéroport de Brest ou le train. D’où la constitution de cette OSP (obligations de service public), avec la participation de l’État, la Région mais aussi de la Communauté d’agglomération pour un total d’aides de 3,5 M€.

Ligne désertée

La reprise des vols vers Paris a été un soulagement pour de nombreux dirigeants du Sud Finistère. « Honnêtement, j’avais déserté la ligne depuis longtemps », confie Maxime Laizé, codirigeant de Corser à Quimper (350 salariés, 7 M€ de CA en 2017). Pour lui, ces nouveaux vols tombent à pic. Leur entreprise sélectionnée dans l’accélérateur de Bpifrance, les deux gérants vont devoir se rendre au moins une fois par mois dans la capitale. « Avec le train, c’est 8 heures de trajet en tout : impossible de faire l’aller-retour dans la journée. Il fallait donc payer le train, mais aussi l’hôtel, les repas… Au global, l’avion ne revient pas si cher que ça. »

Chalair a mis en place des tarifs dédiés aux entreprises. La compagnie propose 410 euros TTC avec l’abonnement Air France, avec qui elle est partenaire, mais aussi un tarif dédié aux entreprises avec billets modifiables ou remboursables à environ 310 euros TTC l’aller-retour. Et les dirigeants l’assurent, la priorité sera mise sur la régularité et la fiabilité.

Faire revenir les passagers

Alain Battisti a repris Chalair en 2003.
Alain Battisti a repris Chalair en 2003. - Photo : © Isabelle Jaffré

Pour la compagnie, le plus difficile sera tout de même de faire revenir les clients vers l’aéroport de Quimper. Avec trois allers-retours quotidiens en semaine, dont le premier à 6 h 45, mais aussi des vols les samedis et dimanches, Chalair mise sur une complémentarité entre la clientèle affaires et celle de loisirs. « Il faudra les deux. Nous avons bon espoir car nous opérons déjà des OSP à Limoges, notamment. Vers Orly, nous avons connu une progression de 67 % et de 8 % vers Lyon. Entre Orly et Quimper, nous aimerions atteindre 79 000 passagers sur la première année », explique le PDG de Chalair.

L’entreprise est actuellement en fort développement, avec l’acquisition en octobre d’un nouvel ATR et d’un autre début 2020. « Nous terminerons 2019 à 24 ou 25 M€ de CA. En 2020, le budget prévoit un CA de 30 M€ », détaille Alain Battisti. Et comme Hop ! a également arrêté les vols périodiques vers la Corse notamment, la CCIMBO, qui gère l’aéroport, négocie avec la compagnie normande pour de nouvelles destinations cet été. « Chalair remplace Hop ! », assène Jean-François Garrec, président - quimpérois – de la CCI Bretagne qui espère un retour à meilleure fortune pour l’aéroport cornouaillais.

Chalair opère 14 appareils Beechcraft 1900 et des ATR.
Chalair opère 14 appareils Beechcraft 1900 et des ATR. — Photo : © Chalair

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.