Finistère

Agriculture

La Source Bretagne en plein renouveau

Par Jonathan Konitz, le 27 novembre 2023

La Source Bretagne, la PME de Plouénan spécialisée dans les fournitures agricoles et horticoles, projette de doubler ses capacités de stockage en céréales d’ici cinq ans et surfe sur la vague de la protection biologique intégrée. En interne, le président s’apprête aussi à passer la main d’ici l’été 2025.

Loïc Morisseau (à gauche), président du groupe La Source, et Régis Cann, directeur général pour la Bretagne.
Loïc Morisseau (à gauche), président du groupe La Source, et Régis Cann, directeur général pour la Bretagne. — Photo : Jonathan Konitz

Pour La Source Bretagne (150 salariés, 145 M€ de CA), l’urgence en ce mois de novembre 2023 est de répondre à la forte demande en bâches et en tunnels pour les serres. La PME de Plouénan, spécialisée dans les fournitures agricoles et horticoles, est en effet très sollicitée depuis la tempête Ciaran du 1er novembre. Loïc Morisseau, son président, a quand même pris le temps de savourer le trophée des Carrés de la CCI, remporté dans la catégorie "Performance".

Doubler la capacité de stockage

La récompense vient en effet consacrer une entreprise en plein renouveau. En août 2021, 4 000 m² d'entrepôts étaient partis en fumée lors d’un incendie. Deux ans plus tard, 3 500 m² sont sortis de terre avec une chaîne logistique informatisée et un stockage en hauteur privilégié. Les produits dangereux et inflammables sont stockés dans une zone réservée. "Nous avons été au-delà des recommandations en matière de sécurité, se réjouit Loïc Morisseau, avec des skydomes pour le désenfumage en cas de départ de feu, des murs coupe-feu, des portes antifeu, un marquage au sol pour indiquer les sorties du hangar, sans oublier des extincteurs, etc."

Et le prochain gros projet est de doubler ses capacités de stockage en céréales d’ici cinq ans à l’échelle du groupe, présent en Bretagne et Pays de Loire. Loïc Morisseau se montre cependant sibyllin sur les chiffres, dont le budget, "vision stratégique oblige", face à une concurrence en veille.

Sur la situation actuelle, le président confesse un ralentissement de l’activité fioul. "Ce type de chaudières est interdit maintenant. Un tiers du volume de fioul, c’était du volume pour le chauffage aux particuliers. Mais nous en faisons davantage pour les agriculteurs (pour alimenter les tracteurs, entre autres, NDLR), car nous avons de plus en plus de clients agriculteurs. Ça compense."

En parallèle, le catalogue de La Source Bretagne connaît un succès sur une autre gamme ces dernières années : la protection biologique intégrée, c’est-à-dire des insectes auxiliaires (bourdons, coccinelles, etc.) chargés de la pollinisation dans les serres à tomates ou d’éradiquer les parasites sur les cultures. Une montée en puissance que Loïc Morisseau impute au recul des produits phytosanitaires.

Passation de pouvoirs

Alors que la Source Bretagne vogue sur ses 50 ans, un changement d’envergure se prépare également en coulisses. Depuis trois ans, l’actuel président forme ses successeurs que seront Régis Cann, directeur général pour la Bretagne et son fils aîné Antoine Morisseau, directeur général pour les Pays de la Loire. La prise de fonction effective est prévue en août 2025. Le premier deviendra président, et le second directeur général. "Ils sont au même niveau car ils décident déjà tout ensemble, résume Loïc Morisseau. Régis est très spécialisé en commerce, ça a toujours été son métier, et Antoine en logistique et collecte de céréales. Ils seront complémentaires."

Mais il le garantit : la relation étroite avec les clients, l’une des marques de fabrique de l’entreprise, sera toujours au centre des préoccupations. "Nous les accompagnons sur le terrain. Ma porte est toujours ouverte en cas de problème ou pour boire un café."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition