Industrie

CDK Technologies : Le nouveau marché des grands navires

Par A.G., le 09 janvier 2009

Un catamaran de luxe de 110 pieds, un trimaran de cinquante pieds, des carénages de bateaux de course: CDK Technologies de Port-La-Forêt navigue à vive allure. Malgré la crise...

L'équipe de CDK avec le Charal Sailing team.
L'équipe de CDK avec le Charal Sailing team. — Photo : @ Yvan Zedda / Alea

Il est à lui seul un pan entier de l'histoire de la course au large. Fondé en 1984 par Jean Le Cam, Gaëtan Gouërou et Hubert Desjoyeaux (le frère de Michel), CDK Technologies a construit nombre de monocoques et de multicoques en structures composites, sa grande spécialité. Les bateaux de Vincent Riou, de Michel Desjoyeaux, les mâts de Roland Jourdain, d'Armel Le Cléac'h et le trimaran géant Banque Populaire taillé pour les records autour du monde sont signés CDK Technologies. L'entreprise emploie 35 salariés dirigés par « l'âme du chantier », Hubert Desjoyeaux.


Les navires géants: «C'est l'avenir»

La construction, en 2007, d'une plateforme à Lorient (1,4M€ d'investissement) lui a ouvert un marchépour l'entretien et la construction de navires de grande taille. «C'est l'avenir», estime Philippe Facque Dg de CDK Technologies, ancien coskipper de Loïc Caradec et créateur du circuit Orma des multicoques. Filiale à 100% du holding PLF développement (détenue en majorité par Gilles Cambournac et Philippe Facque, depuis 1993) Keroman, société soeur de CDK a alors vu le jour. «Avant Keroman, nous avions refusé des contratspar manque de place». L'implantation a été soutenue par les institutions lorientaises qui ont déroulé le tapis rouge. «Lorient a beaucoup investi dans la course au large. C'est l'un des rares endroits où l'on peut sortir de l'eau des navires de cette dimension. On a envisagé un temps raser un bâtiment à Port-La-Forêt mais il y avait plus d'inconvénients que d'avantages en raison des tirants d'eau dans le port», poursuit Philippe Facque. Depuis, le carnet de commandes est plein. Chez CDK, on touche du bois, mais l'heure est plutôt aux recrutements (une dizaine de CDD dans les prochains mois). La construction du multicoque de 50 pieds de Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou) va mobiliser les équipes. Les pièces composites d'un catamaran de luxe de 110 pieds aménagé par le chantier JFA, également. Les dirigeants cherchent à extraire de la compétition, les technologies pour réaliser des unités de prestige. En effet, le chantier breton réalise 90% du chiffre d'affaires (4M€ en 2008) dans le monde de la course. «70% seraient plus confortables...», avoue Philippe Facque, pour qui cette entreprise est avant tout une histoire de passionnés. Comme Multiplast à Vannes, CDK Technologies rencontre une concurrence grandissante des chantiers australiens et néo-zélandais, sur les navires de course. En attendant, nul doute que CDK se mettrait sur les rangs si des bateaux français et sponsorisés se déclaraient pour la Coupe de l'America.

L'équipe de CDK avec le Charal Sailing team.
L'équipe de CDK avec le Charal Sailing team. — Photo : @ Yvan Zedda / Alea

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.