Finistère

BTP

Calves Démontage ouvre une nouvelle page de son histoire

Par Jean-Marc Le Droff, le 15 novembre 2022

Ancien directeur de Brest Arena, David Saliou s’est lancé depuis octobre dans une nouvelle aventure avec la reprise de l’entreprise finistérienne Calves Démontage, spécialisée dans la déconstruction et le désamiantage de bâtiments.

David Saliou vient de rependre l’entreprise Calves Démontage, à Hanvec.
David Saliou vient de rependre l’entreprise Calves Démontage, à Hanvec. — Photo : Jean-Marc Le Droff

Ancien directeur délégué sports et événements de Brest Aim et ancien directeur de Brest Arena, David Saliou a choisi de donner un nouveau tournant à sa carrière en se lançant dans l’aventure entrepreneuriale. Depuis octobre, il est en effet le nouveau dirigeant de l’entreprise Calves Démontage. Créée à Hanvec (Finistère) au début des années quatre-vingt-dix, l’entreprise s’est tout d’abord spécialisée dans la démolition et la déconstruction de structures métalliques, avant d’étendre ses compétences au désamiantage et au déplombage à partir des années 2000, deux activités pour lesquelles elle a obtenu le label Qualibat en 2012 et qui représentent aujourd'hui 80% du chiffre d'affaires.

150 chantiers par an

Ses clients ? "Nous accompagnons les particuliers, les constructeurs, les entreprises de rénovation, les maîtres d’œuvre ou encore les couvreurs", détaille le nouveau dirigeant de Calves Démontage, qui réalise environ 150 chantiers de toutes tailles chaque année, essentiellement dans le Finistère.

"Nous allons poursuivre le positionnement de l’entreprise sur le marché des petites et moyennes démolitions, ainsi que sur le désamiantage qui demande beaucoup d’investissements, notamment en formation, en matériel et en recyclage", poursuit celui qui, malgré une conjoncture compliquée pour le secteur du bâtiment, ne se fait aucun souci pour sa nouvelle activité. "Le marché de la déconstruction a le vent en poupe car le foncier disponible n’étant pas extensible à l’infini, la demande de démolition partielle ou totale de bâtiments vieillissants est vouée à augmenter dans les années à venir", analyse-t-il.

La déconstruction du tablier métallique du pont de Térénez fait partie des chantiers d’envergure réalisés par Calves Démontage.
La déconstruction du tablier métallique du pont de Térénez fait partie des chantiers d’envergure réalisés par Calves Démontage. - Photo : Jean-Marc Le Droff

Des chantiers d’envergure au palmarès de la PME

Et si le changement d’univers est radical pour David Saliou, il est aussi pleinement revendiqué par celui qui, avant Brest Arena, organisait des salons à Lille et Bruxelles, avant de prendre la direction du Parc des expositions de Nantes puis celle du Parc des expositions de Penfeld. "J’ai toujours eu envie de diriger ma propre entreprise… Je viens d’avoir 50 ans, il est temps !", confie ainsi David Saliou, qui cherchait une opportunité de reprise depuis deux ans.

C’est à travers l’association Cédants et repreneurs d’affaires (CRA) qu’il a rencontré André Calves, le fondateur de Calves Démontage en 1991 et qui l’accompagnera dans la reprise jusqu’à la fin de l’année.

Depuis octobre, les équipes de Calves Démontage ont un nouveau patron en la personne de David Saliou (4e à droite). André Calves (2e à gauche), le fondateur de l’entreprise, l’accompagnera dans la reprise jusqu’à la fin de l’année.
Depuis octobre, les équipes de Calves Démontage ont un nouveau patron en la personne de David Saliou (4e à droite). André Calves (2e à gauche), le fondateur de l’entreprise, l’accompagnera dans la reprise jusqu’à la fin de l’année. - Photo : Jean-Marc Le Droff

Trente ans plus tard, ce dernier cède une entreprise qui emploie 23 salariés pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros et compte près de 300 clients actifs par an. Parmi les chantiers d’envergure qui auront marqué sa carrière, André Calves cite notamment la déconstruction de l’usine de charbon du port de commerce de Brest, le démontage de plusieurs grues portuaires ou encore le démontage du tablier métallique de l’emblématique pont de Térénez. Loin de vouloir s’arrêter à l’aube de ses 60 ans, André Calves prévoit de se lancer dans la réhabilitation de bâtiments. Une façon de boucler la boucle, en somme.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition