Côtes-d'Armor

Infrastructure

Pour le groupe brestois Kuhn, le port du Légué a un véritable potentiel de développement

Par Julien Uguet, le 14 avril 2021

Alors que le débat sur l’utilité d’un agrandissement du port de commerce du Légué, dans les Côtes-d'Armor, bat son plein, son principal manutentionnaire, la société Maritime Kuhn, basée à Brest, confirme que le site séduit par son potentiel.

Thomas Guillemot assure la direction de l'agence du Légué pour le groupe brestois  Kuhn.
Thomas Guillemot assure la direction de l'agence du Légué pour le groupe brestois  Kuhn. — Photo : Julien Uguet

Le projet d'agrandissement du port du commerce du Légué fait couler beaucoup d’encre depuis quelques mois. Parmi les entreprises utilisatrices du site, il y en a bien une qui est convaincue de la pertinence d’un projet d’extension des quais de déchargement et des zones de stockage sur 4,8 hectares : le groupe maritime Kuhn. Basé à Brest, l’opérateur fondé en 1948 doit son arrivée dans la préfecture des Côtes-d’Armor au rachat, en 2019, d'actifs du groupe Bolloré. Le Légué se trouvait alors dans la corbeille de la mariée ainsi que Dunkerque, Rouen, Honfleur, Caen, Cherbourg, Granville, Saint-Malo, Montoir, Les Sables-d’Olonne, La Rochelle, Rochefort et Sète.

Une véritable attractivité au Légué

Déjà présent à Saint-Malo, Lorient, Concarneau et Brest, le groupe Kuhn (150 millions d’euros de chiffre d’affaires, 800 salariés) renforçait ainsi son positionnement de premier ordre en Bretagne. " Ces implantations multiples sont une force car elles nous permettent d’avoir une vision précise des potentiels de chaque site, confirme Thomas Guillemot, directeur de l’agence du Légué (16 salariés). Et Le Légué, malgré la contrainte de ses marées, dispose d’une véritable attractivité et d’un véritable potentiel de développement pour les années à venir. La création du 4e quai est pleinement justifiée. "

Un site porté par l’agroalimentaire

Porté par les secteurs agricoles et agroalimentaires, Le Légué a ainsi vécu une année 2019 exceptionnelle. Selon les données fournies par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes-d’Armor, les volumes qui ont transité sur le port ont atteint 283 847 tonnes, contre 249 694 tonnes un an plus tôt. Cette hausse globale de 13,68 % est à mettre au crédit de l’activité de Gouessant, de Cooperl ou de la Soka, qui comptent parmi les principaux utilisateurs de l’infrastructure. " Deux tiers de volumes sont des approvisionnements pour l’alimentaire quand le reste se concentre essentiellement autour du bois en provenance des pays Baltes pour le secteur du BTP et de la construction, précise Thomas Guillemot. Et il faut bien comprendre que le Légué est historiquement un port d’importation. Les bateaux viennent en baie de Saint-Brieuc mais peu en repartent à plein. "

Levage, stockage et affrètement

Régie dans le cadre d’une délégation de service public octroyée à la CCI Côtes-d’Armor, la gestion du port du Légué sera remise en jeu en 2023. Du côté de l’exploitant au quotidien, le groupe Kuhn doit négocier dans les semaines à venir ses délégations de service public pour les parties levages et manutention. " L’activité de levage est la plus connue car elle est spectaculaire. Nous n'avons que quelques heures pour vider un navire de 4 000 tonnes, ajoute Thomas Guillemot. Mais nos métiers ne se résument pas à cela. Nous assurons toute la logistique sur la zone de stockage et allons même jusqu’à réaliser les affrètements routiers ou maritimes pour le compte de nos clients. "

En 2015, la disparition, du jour au lendemain, de l’activité ferraille a mis un coup d’arrêt à la croissance du port du Légué. " Notre boulot a été de convaincre d’autres entreprises que le fret maritime avait de l’avenir, estime Thomas Guillemot. Nos efforts ont payé car, en allant sur des marchés porteurs pour l’économie du territoire, nous avons reconquis ces volumes. "

Des perspectives de croissance

Confiant dans l’avenir de ses activités, Kuhn met notamment en avant le développement de l’entreprise Guyot qui expédie, depuis quelques mois, des big-bag de bois broyés ou de déchets inertes qui vont alimenter des chaudières collectives en Scandinavie. " Certes, l’envasement et les marées sont deux freins techniques car ces deux éléments limitent l’accueil de navires autour de 170 par an, conclut Thomas Guillemot. Toutefois, aujourd’hui, nous sommes de plus en plus contraints de faire patienter des bateaux au large, dans la baie de Saint-Brieuc. Alors, clairement un quai supplémentaire nous donnerait des perspectives évidentes de croissance. "

---------------------------------------------------------------------

Saint-Brieuc et Plérin s’opposent au 4e quai

Les grandes manœuvres s’accélèrent concernant le projet de quatrième quai sur le port de commerce du Légué à Saint-Brieuc. Géré par le syndicat mixte du Grand Légué, qui regroupe Saint-Brieuc Armor Agglomération, le Conseil Départemental des Côtes-d’Armor et la Région Bretagne, le site envisageait son extension par la création d’un nouveau terre-plein, afin d’accueillir des navires de marchandise plus importants. Une enveloppe de 15 millions d’euros avait même été budgétée fin 2019 par les trois partenaires. C’était sans compter sur les maires de Saint-Brieuc et de Plérin, non-membres du syndicat mixte, et désormais principaux opposants au quatrième quai. Cette position découle autant du résultat des élections municipales de juin 2020, qui a vu Saint-Brieuc et son agglo basculer à gauche, que d’une mobilisation citoyenne et écologiste. " Ce projet date du siècle dernier, confirme Ronan Kerdraon, le maire de Plérin. Celui de Saint-Brieuc, Hervé Guihard, évoque une " fuite en avant ". Les deux édiles veulent désormais que soit repensé le projet autour d’une approche globale prenant en compte toutes les activités du port du Légué (commerce, plaisance, pêche, réparation navale et aménagement urbain). " On a été un peu vite en n’abordant le problème que sous un seul angle, affirme Hervé Guihard. Il y a moyen d’optimiser l’espace existant sur le port pour répondre aux besoins. Et si on améliore le dragage, on pourra accueillir des bateaux plus grands. " Hervé Guihard et Ronan Kerdraon jugent également que des synergies avec Saint-Malo pourraient être une solution en développant notamment le fret ferroviaire. "

Le projet d’extension du port du Légué à Saint-Brieuc porte sur la création du 4e quai et d’une zone de stockage à terre.
Le projet d’extension du port du Légué à Saint-Brieuc porte sur la création du 4e quai et d’une zone de stockage à terre. - Photo : Julien Uguet

Thomas Guillemot assure la direction de l'agence du Légué pour le groupe brestois  Kuhn.
Thomas Guillemot assure la direction de l'agence du Légué pour le groupe brestois  Kuhn. — Photo : Julien Uguet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail