Côtes-d'Armor

Emploi

Les coopératives d’activités et d’emploi des Côtes-d’Armor en forte croissance

Par Matthieu Leman, le 12 juillet 2022

Les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) des Côtes-d’Armor ont vu le chiffre d’affaires de leurs membres augmenter globalement de 40 % en 2021. Destinées à ceux qui veulent tester leur projet d’entreprise tout en restant salariés, ces structures voient le nombre de leurs associés augmenter sensiblement.

Sylvain Couanon (à droite) co-gérant avec Laurence Falkenstein, d’Avant-Premières, et Yann Goasguen, gérant de Bati-Premières et président d’Ameizing, apprécient l’augmentation de l’activité de leurs adhérents en 2021.
Sylvain Couanon (à droite) co-gérant avec Laurence Falkenstein, d’Avant-Premières, et Yann Goasguen, gérant de Bati-Premières et président d’Ameizing, apprécient l’augmentation de l’activité de leurs adhérents en 2021. — Photo : Matthieu Leman

Les trois Coopératives d’activités et d’emploi (CAE) des Côtes-d’Armor basées à Plérin (Avant-Premières, Bati-Premières et Ameizing) ont tiré leur épingle du jeu en 2021. Le chiffre d’affaires réalisé par leurs près de 200 membres a progressé de 40 %, pour un total de près de 5 millions d’euros, pendant cette année qui n’a pourtant pas été épargnée par la crise sanitaire. Une progression qui s’explique notamment par le dynamisme des secteurs d’activité représentés, comme le bâtiment et le service à la personne.
"Cette période a encore développé le sentiment d’appartenance à un collectif", explique Sylvain Couanon, co-gérant d’Avant-Premières. Les CAE accompagnent les créateurs d’entreprise qui ne veulent pas sauter le pas de la création d’entreprise mais préfèrent devenir les salariés de la coopérative. Celle-ci assure les fonctions fiscales, juridiques, administratives et comptables de leur activité, en échange de 10 % de leur chiffre d’affaires. Les entrepreneurs qui adhèrent à l’une des CAE bénéficient également d’un accompagnement collectif, avec des ateliers commerciaux, de gestion de l’activité et d’analyse de la rentabilité, et d’un accompagnement individuel avec un chargé d’accompagnement dédié.

Déménagement en 2023

Ces trois coopératives, indépendantes, partagent les mêmes locaux et ont en projet un déménagement dans des locaux d’environ 1 000 m², alors qu’elles n’occupent que 250 m² actuellement et s’y trouvent très à l’étroit. Il pourrait se réaliser, toujours dans l’agglomération briochine, au début de 2023. Ces nouveaux locaux abriteront les équipes des trois CAE, pas leurs entrepreneurs.

Ces adhérents, Avant-Premières en compte une centaine, aux activités diverses mais dont la majorité appartient aux domaines de la formation, du conseil et de la communication. Bati-Premières comprend une trentaine de professionnels représentant tous les corps de métier du bâtiment ; Ameizing, dont la vocation est régionale, regroupe une soixantaine d’entrepreneurs évoluant dans l’ingénierie et les études du bâtiment (maître d’œuvre, urbaniste, thermicien…).

24 nouveaux associés en un an

Si à l’origine des CAE, les adhérents venaient surtout pour tester leur activité à moindre risque avant de quitter la coopérative pour créer juridiquement leur société, ils sont de plus en plus nombreux à rester. "Ils restent parce qu’ils apprécient le collectif, qu’ils ont envie de redonner ce qu’ils ont reçu, tout en profitant des liens avec les autres entrepreneurs", confirme Yann Goasguen, gérant de Bati-Premières et président d’Ameizing. "Au-delà de trois ans, rester, cela passe par devenir associé de la coopérative", explique Laurence Falkenstein, cogérante d’Avant-Premières. Sur les trois coopératives Avant-Premières, Bati-Premières et Ameizing, qui comptent douze salariés, les entrepreneurs devenus associés sont au nombre de 59, contre 23 en 2017. Neuf autres associés pourraient suivre rapidement.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition