Côtes-d'Armor

Tourisme

Interview Camping Le Ranolien : "Nous plaçons les services aux clients au cœur de notre stratégie"

Entretien avec Jérôme Drouhin, directeur du camping Le Ranolien

Propos recueillis par Julien Uguet - 10 mars 2021

Propriété du groupe Sandaya, le camping cinq étoiles Le Ranolien, à Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), maintient un haut niveau d’investissement en 2021 autour d’une amélioration du parcours et de la satisfaction client.

Jérôme Drouhin, directeur du camping Le Ranolien à Perros-Guirec.
Jérôme Drouhin, directeur du camping Le Ranolien à Perros-Guirec. — Photo : Julien Uguet

Comment s’annonce la saison 2021 pour le camping Le Ranolien ?

Le groupe français Sandaya est devenu propriétaire du Ranolien en avril 2019 après le rachat du site de 16 hectares aux familles Le Saux et Geffroy. La première saison était celle de la transition avec l’arrivée d’une nouvelle marque ombrelle (Le Ranolien était avant rattaché au réseau Yelloh Village, NDLR). En 2020, la dynamique était au rendez-vous mais le Covid-19 a bouleversé beaucoup de choses. On croise les doigts pour que la saison qui s’ouvre se déroule dans les meilleures conditions sanitaires et économiques possibles. Après avoir beaucoup appris l’an passé, nous avons mis tout en œuvre pour y parvenir. L’objectif est clairement d’améliorer notre chiffre d’affaires 2020 qui s’était établi autour de 5 millions d’euros.

Vous pouvez accueillir jusqu'à 2 000 vacanciers par jour en plein été. Où est en la dynamique de réservation aujourd'hui ?

Nous avons appris à vivre avec les annonces gouvernementales. En décembre, les réservations sont parties sur les chapeaux de roues, soutenues par des offres promotionnelles de Sandaya. Il y a eu un coup d’arrêt avec l’annonce du couvre-feu. Globalement, nous sommes en retard, sur certains mois, entre 13 % et 20 %. On s’attend à gérer, encore plus que l’an passé, des réservations de dernière minute. Et au niveau commercial, nous allons encore plus cibler la clientèle française puisque nous ne sommes pas sûrs que les 14 % d’étrangers qui viennent normalement soient présents cette année.

Avez-vous adapté vos investissements à cette situation ?

Nous les avons maintenus, renforcés mais surtout beaucoup mieux réfléchis. Nous poursuivons le renouvellement naturel de notre parc de 400 mobil-homes. Nous en avons remplacé 25 cet hiver, soit un investissement de 600 000 euros. Une seconde enveloppe de 250 000 euros a été consacrée à des travaux nécessaires pour améliorer le service offert aux clients. La crise du Covid-19 a permis de mener, au sein de l’équipe, un véritable travail d’introspection. Collectivement, nous avons ciblé des points de détails à améliorer. Je pense à l’amélioration du wifi, à la création d’une nouvelle aire de jeux pour les enfants, à la réparation de clôtures, à la mise en place d’un nouveau parcours d’accueil pour réduire le temps d’attente lors des arrivées, etc. Nous avons replacé le service aux clients encore plus au cœur de notre stratégie.

La prudence reste toutefois de mise ?

Effectivement car, au-delà des 23 salariés permanents, Le Ranolien fait travailler entre 60 et 70 saisonniers. Alors que normalement, en mars, les équipes sont au complet, nous avons retardé les embauches en 2021. Je prends l’exemple du bar, que nous gérons en direct, et qui doit rester fermé administrativement jusqu’à une date indéterminée. Les huit salariés sont en attente. Idem au niveau des animations. Tout cela repose sur un équilibre fragile car notre objectif reste la montée en gamme du service aux clients. Le coronavirus nous conduit à travailler la polyvalence et la flexibilité.

Jérôme Drouhin, directeur du camping Le Ranolien à Perros-Guirec.
Jérôme Drouhin, directeur du camping Le Ranolien à Perros-Guirec. — Photo : Julien Uguet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail