Bordeaux

Innovation

Coronavirus: pour Cyril Texier (French Tech Bordeaux), «il faut que l’on sache quand les aides seront versées»

Par Anne Cesbron, le 26 mars 2020

Pour le président de French Tech Bordeaux, il s’agit de connaître au plus vite les modalités de versements des aides publiques. La mobilisation des services de l’État et les discours des hommes politiques sont là, il faut maintenant que les actes suivent pour que les start-up puissent survivre, assure Cyril Texier.

Cyril Texier, président de French Tech Bordeaux qui regroupe 400 entreprises adhérentes.
Cyril Texier, président de French Tech Bordeaux qui regroupe 400 entreprises adhérentes. — Photo : Anne Cesbron

La première semaine de confinement restera dans les mémoires celle du choc. « Nous ne savions pas ce qui allait se passer, nous nous sommes tous appelés pour comprendre et mettre en place les premières mesures afin de continuer le business. Nous avons tous compris très vite que la situation ne sentait pas bon du tout et qu’il n’y avait pas de raison que nous échappions à la vague qui s’abattait sur les autres pays », se souvient Cyril Texier, président de French Tech Bordeaux, lui-même dirigeant de l’entreprise Dydu.

Prévenir un goulot d’étranglement

Le télétravail de crise a ainsi été mis en place, les rendez-vous et projets non prioritaires reportés ou annulés. Sont intervenues les premières annonces des partenaires publics, tous allant dans le sens d’une mobilisation en faveur des entreprises. « Les soutiens annoncés ne sont pas neutres et nous les applaudissons. Ces mesures (un plan de 4 milliards d’euros dédié aux start-up, annoncé par le gouvernement) vont tout à fait dans le bon sens. Reste que la troisième semaine qui se profile pourrait être celle du goulot d’étranglement pour les entreprises si l’argent n’arrive pas sur leurs comptes », prévient Cyril Texier.

Aides : besoin d’une porte d’entrée unique

Déjà les contraintes administratives commencent à peser. « Ne faudrait-il pas penser en termes de porte d’entrée unique concernant toutes ces aides. Depuis la Région jusqu’à l’État, tout le monde est mobilisé, mais cela ne risque-t-il pas de manquer de coordination ? », s’inquiète le dirigeant.

Ces questions seront abordées lors des webinair organisé par French Tech à partir de ce 26 mars. À quelques heures du premier rendez-vous en ligne d’une cinquantaine d’adhérents de l’association avec l’ensemble des acteurs publics régionaux concernés par l’accompagnement aux entreprises (Région, Direccte, Banque de France, Bpi, CCI, Urssaf…), Cyril Texier espère que des solutions concrètes seront trouvées. « Par exemple, que doit-on conseiller à un chef d’entreprise qui était en train d’embaucher ? Et concernant le versement des aides, qui seront les premiers à les obtenir, les entreprises qui auront déposé leurs dossiers les premières, les plus gros chiffres d’affaires… Nous souhaiterions connaître ces critères. »

Faire remonter les informations du terrain

Un second webinair abordera la semaine prochaine les crises de la bulle internet de 2000, la Crise de 2008 et les solutions trouvées par les acteurs économiques à l’époque. « Nous sommes des entrepreneurs, nous savons prendre des risques. Nous allons apprendre de cette situation. Il faut que nous soyons en mesure d’écouter, de recueillir et de faire remonter les informations de terrain au niveau national de French Tech et du secrétaire d’État chargé du numérique Cédric O. C’est notre rôle », conclut le président de l’association.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail