Grenoble

Technologies

Hardis lance la production de son drone pour les inventaires

Par Gilles Cayuela, le 29 octobre 2018

Après trois années de R&D, l'isérois Hardis Group s'apprête à lancer la production de son drone capable d'automatiser les inventaires en entrepôt. Une innovation qui devrait permettre au fleuron de l'informatique française de poursuivre sa croissance.

Nicolas Delalande, responsable du business développement d'Eyesee au sein de Hardis Group, à Grenoble.
Nicolas Delalande, responsable du business développement pour la solution Eyesee au sein de Hardis Group, estime que son drone inventoriste pourrait rapporter à terme entre 2 et 3 M€ de chiffre d'affaires. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

L'entreprise

Fondé en 1984, Hardis Group fait aujourd'hui parti des fleurons de l'informatique française. Basé à Grenoble et implanté à Paris, Nantes, Lille et Lyon, il exerce le triple métier d'entreprise de conseil, de service du numérique (ESN) et d'éditeur de logiciels. Fort de près d'un millier de salariés, l'ETI iséroise a réalisé un peu plus de 99 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017.

Depuis 2013, Hardis Group s'est engagé dans un plan stratégique ambitieux qui conjugue croissance et développement des compétences. Un plan qui semble porter ses fruits, puisque le groupe grenoblois a vu son chiffre d'affaires progresser de 45 % depuis 2015.

Le concept

Depuis trois ans, Hardis Group s'est lancé dans un important projet d'innovation, en déposant un brevet de drone dit "inventoriste". Créé sous l'impulsion d'un collaborateur historique du groupe passionné de modélisme, ce drone baptisé Eyesee vise à simplifier et automatiser les inventaires en entrepôt.

« Pour réaliser un inventaire, les opérateurs utilisent des terminaux d'acquisition de codes-barres qui les obligent à scanner chaque palette, y compris celles situées en hauteur. Les opérateurs sont donc contraints d'utiliser des nacelles pour se mettre à la bonne hauteur ou d'utiliser des charriots pour descendre les palettes. Avec Eyesee, l'opérateur pose le drone au début d'une allée, lance sa mission via une tablette et ensuite le drone se déplace tout seul pour scanner l'ensemble des palettes et emplacements », détaille Nicolas Delalande, responsable du business développement d'Eyesee.

Les perspectives

Peaufiné et désormais opérationnel, Eyesee devrait entrer prochainement en phase de production. « Nous avons déjà quinze prototypes qui sont déployés et testés dans des entrepôts, chez notre partenaire FM Logistic, mais aussi chez d'autres logisticiens nationaux, des constructeurs automobiles et un industriel français de la cosmétique. En parallèle, nous travaillons à l'industrialisation, de manière à avoir une production de masse et la certification CE, celle pour les Etats-Unis et dans la foulée pour la zone Asie », expose Nicolas Delalande, qui table sur une commercialisation au premier trimestre 2019.

« Hardis était déjà présent dans les entrepôts avec le logiciel Reflex WMS. Eyesee va nous permettre de proposer à nos clients historiques une solution complémentaire. A contrario, l'effet nouveauté va nous permettre d'attirer à nous de nouveaux clients de la logistique. C'est pour nous un véritable relais de croissance », conclut Nicolas Delalande, qui espère à terme générer entre 2 et 3 M€ de CA grâce au drone.

Nicolas Delalande, responsable du business développement d'Eyesee au sein de Hardis Group, à Grenoble.
Nicolas Delalande, responsable du business développement pour la solution Eyesee au sein de Hardis Group, estime que son drone inventoriste pourrait rapporter à terme entre 2 et 3 M€ de chiffre d'affaires. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail