Grenoble

Énergie

General Electric Hydro : vers un plan de sauvegarde de l'emploi négocié

Par Audrey Henrion, le 22 mai 2018

Le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sur le site de GE Hydro à Grenoble devrait entraîner la suppression de 293 postes, au lieu de 345.

Vue sur la ville de Grenoble et son téléphérique.
A Grenoble, les organisations syndicales de GE Hydro sont parvenues à négocier un plan de sauvegarde de l'emploi à la hausse. — Photo : CC 2.0

Trois syndicats ont signé en fin de semaine dernière un accord qui met à un terme à un an de lutte à GE Hydro, à Grenoble. Finalement, les organisations syndicales sont parvenues à préserver 100 emplois de plus que prévu sur ce site qui fabrique les turbines hydrauliques. Au total, 553 postes sont ainsi préservés, le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) supprimant finalement 293 postes, au lieu de 345.

Ce PSE doit encore être validé par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). Il fait suite à l’annonce de la fermeture de l’atelier qui fabrique les roues des turbines, lequel est délocalisé en Chine.

GE avait racheté en 2014 cette activité turbines, en même temps que les autres activités de la branche énergie d’Alstom. Sa direction s’était engagée à créer 1 000 nouveaux emplois d’ici fin 2018. C’est Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, qui avait conduit les négociations et donné son accord le 4 novembre 2014.

Vue sur la ville de Grenoble et son téléphérique.
A Grenoble, les organisations syndicales de GE Hydro sont parvenues à négocier un plan de sauvegarde de l'emploi à la hausse. — Photo : CC 2.0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.