Ain

Industrie

Dans l’Ain, Verallia investit pour mieux récupérer la chaleur fatale

Par Déborah Berthier, le 03 octobre 2022

Avec le spécialiste de la récupération de chaleur fatale Enertime, le fabricant français de contenants alimentaires en verre Verallia va investir 6 millions d’euros sur son site de Lagnieu, dans l’Ain, afin de produire 10 % de son électricité environ grâce à la récupération de chaleur à la sortie des fours.

Quatre millions de pots en verre sont produits chaque jour à l'usine Verallia de Lagnieu, dans l'Ain.
Quatre millions de pots en verre sont produits chaque jour à l'usine Verallia de Lagnieu, dans l'Ain. — Photo : Déborah Berthier

De cette usine à la chaleur oppressante - les fours montent à plus de 1 500 °C - sortent chaque jour quatre millions de pots en verre. Des pots de confiture, de cornichon, de pâte à tartiner, de café soluble… Le site de Lagnieu, dans l’Ain, fabrique 10 % des 16 milliards de pots alimentaires et bouteilles produits chaque année par le groupe français coté Verallia (2,7 Md€ de chiffre d'affaires en 2021, 10 000 collaborateurs).

Pour ce groupe, qui s’est fixé comme objectif de réduire de 46 % ses émissions de CO2 d’ici 2030 (par rapport à 2019) et d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, la récupération de la chaleur est clé.

6 millions d’euros investis

Le site aindinois du géant du verre porte un projet de valorisation de la chaleur fatale qui devrait lui permettre de produire l’équivalent de 1 mégawattheure d'énergie environ, soit 10 % de la consommation énergétique de l’usine. Et d’éviter l’émission de 500 tonnes de CO2 par an. Pour ce faire, Verallia va installer une machine à cycle organique de Rankine, appelée ORC, afin de transformer la chaleur issue des fumées des fours en électricité. "Nous avions étudié la possibilité d’utiliser cette chaleur pour alimenter un réseau de chauffage pour les logements sociaux de la ville, mais le projet s’est avéré peu pertinent au regard des investissements nécessaires et de l’utilisation saisonnière du système de chauffage", explique André Moingeon, le maire de Lagnieu.

Six millions d’euros sont nécessaires à la mise en œuvre du projet de récupération de la chaleur des fours, dont la mise en service est prévue en avril 2024. Un investissement porté par Énergie Circulaire, une filiale du spécialiste français de la valorisation d’énergie fatale Enertime, qui prend également en charge la mise en service et l’exploitation de l’ORC. "Le projet sera financé à 40 % sur fonds propre et à 60 % via de la dette, auprès de banques régionales notamment", précise Charles Huguet, responsable développements stratégiques chez Enertime. Le projet est par ailleurs lauréat de l’appel à projets Décarbonation de l’industrie, du plan France Relance et sera soutenu à hauteur de 1,6 million d’euros. Il est également éligible aux certificats d’économie d’énergie.

Optimiser la production

"Nous travaillons depuis longtemps sur la problématique de la récupération de la chaleur", appuie Patrice Copin, le directeur du site Verallia de Lagnieu. Une partie de la chaleur dégagée est en effet déjà récupérée pour contribuer à la montée en température des fours. Par ailleurs, d’importants investissements ont été réalisés ces dernières années afin d’optimiser la production de cette usine comprenant dix lignes de production. 24 millions d’euros ont été injectés en 2019 et 25 millions en 2021 dans la modernisation de deux fours. Verallia utilise également au maximum le calcin (débris de verre recyclés) plutôt que du sable pour la production de verre : déjà fondu une première fois, il nécessite une montée en température moindre. "Nous utilisons entre 40 et 50 % de calcin dans nos process, explique Patrice Copin. Soit tout ce que nous trouvons sur le marché."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition