Auvergne Rhône-Alpes

Réseaux économiques

Interview Daniel Villareale (CPME Auvergne Rhône-Alpes) : "Je vais m'inscrire dans la continuité de l'action de François Turcas"

Entretien avec Daniel Villareale, président de la CPME Auvergne Rhône-Alpes

Propos recueillis par Gilles Cayuela - 22 mars 2022

Le Ligérien Daniel Villareale prend officiellement la succession de l'emblématique François Turcas à la présidence de la CPME Auvergne Rhône-Alpes. Il compte bien s'inscrire dans la continuité de l'action de son prédécesseur, du moins dans un premier temps.

Daniel Villareale, président de la CPME Loire et la CPME Auvergne Rhône-Alpes.
Daniel Villareale, président de la CPME Loire et la CPME Auvergne Rhône-Alpes. — Photo : DR

Reprendre le flambeau après trente ans de règne d’une personnalité emblématique comme François Turcas ne doit pas être chose aisée. Comment comptez-vous endosser votre nouveau costume de président de la CPME Auvergne Rhône-Alpes ?

Passer derrière une personnalité comme François Turcas n’est pas simple. C’est pour cette raison que je lui ai demandé de m’accompagner durant une période de transmission de trois mois. Requête qu’il a volontiers acceptée. Je ne prendrais donc réellement mes nouvelles fonctions qu’au 1er juillet.

Quelles vont être les grandes lignes directrices de votre mandat ? Que comptez-vous apporter à cette institution ?

Je suis très honoré que François Turcas et le conseil d’administration aient pensé à moi pour lui succéder. Pour ce qui est de l’avenir de la CPME Auvergne Rhône-Alpes, j’ai quand même le sentiment de me voir confier une montre suisse de haute précision, qui pendant trente ans n’a jamais pris une seconde de retard. Je ne vais donc pas commencer à la démonter pour voir si je peux l’améliorer. Dans un premier temps, je vais donc m’inscrire dans la continuité de ce que François Turcas a fait. Cette CPME Auvergne Rhône-Alpes est formidable, c’est la première de France. Je vais m’assurer qu’elle continue à bien tourner en m’appuyant sur les équipes en place pour en connaître bien tous les rouages. Et ce même si en qualité de vice-président je la connais déjà bien. Les seuls changements qui pourraient apparaître seront liés ma personnalité mais, sur la stratégie, on ne change pas une équipe qui gagne.

"La Loire fait la course dans le peloton de tête"

Un mandat dans la continuité mais avec un contexte économique particulier. Entre la crise du Covid et la guerre en Ukraine, les PME connaissent nombre de difficultés. Avez-vous déjà des idées pour les aider ?

Les équipes de la CPME Auvergne Rhône-Alpes et l’ensemble des CPME de la région sont déjà en train d’y travailler. Tout le monde est mobilisé pour répondre aux attentes et interrogations des chefs d’entreprise. Nous avons été présents à leurs côtés pendant le Covid et nous continuons à l’être aujourd’hui. Il y a un sentiment de lassitude chez les chefs d’entreprise qui, pendant deux ans, se sont battus pour maintenir leur activité et conserver leurs équipes. Et là, au moment où elles sortent la tête de l’eau, arrive ce conflit international sur lequel elles n’ont aucune emprise mais qui a déjà des répercussions sur leur rentabilité avec la flambée des prix de l’énergie.

Un patron ligérien à la tête de la CPME régionale, c’est une première ! Faut-il y voir une montée en puissance du département de la Loire ?

En termes de croissance économique, la Loire n’est effectivement plus à la traîne des autres départements de la région. Bien au contraire, la Loire fait la course dans le peloton de tête. Et puis, il y a aussi un rapprochement qui s’est fait ces dernières années entre la Loire et le Rhône. On le voit avec les chambres de commerce. Cette proximité s’ajoute à la proximité géographique qui fait que c’est aujourd’hui assez facile pour un Ligérien d’être présent à Lyon. Il ne faut pas oublier que Saint-Étienne est au barycentre de cette nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes. Tout ceci vient s’ajouter à la reconnaissance du travail que nous avons fait avec mes équipes dans la Loire. Nous avons développé une très belle CPME dans la Loire, tant en nombre d’adhérents qu’au niveau des programmes d’accompagnement et de l’organisation. Elle est d’ailleurs souvent prise en exemple.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition