Ille-et-Vilaine
Sogitec s’agrandit et recrute à Bruz
Ille-et-Vilaine # Industrie # Investissement immobilier

Sogitec s’agrandit et recrute à Bruz

S'abonner

Sogitec, filiale à 100 % de Dassault Aviation basée à Bruz, a inauguré fin octobre ses nouveaux bâtiments, agrandis de 2 500 m². Le nouveau site va lui permettre d’accroître son activité liée notamment à la vente d’avions Rafale.

André Piaton, directeur général de Sogitec, à l’inauguration du nouveau bâtiment de production du site de Bruz — Photo : Carole André

L’entreprise spécialisée dans la production de simulateurs de vol et de combat Sogitec (300 collaborateurs à Bruz et Suresnes) confirme son implantation en Bretagne, au plus près des activités du Celar de Bruz (Centre électronique de l’Armement) et des activités de cyberdéfense développées dans la métropole rennaise. La filiale à 100 % de Dassault Aviation a inauguré fin octobre une nouvelle unité de production à Bruz, dans la zone du Champ Niguel. Avec deux halls d’intégration et leurs centres de calcul, des bureaux de développement et un entrepôt logistique, la nouvelle aile de 2 500 m² permettra d’absorber la charge de travail croissante de la société qui évoque à demi-mot un chiffre d’affaires "d’environ 100 millions d’euros par an". Comme dans l’Armée, André Piaton, directeur général de Sogitec, préfère ne pas trop en dire. Coût de l’investissement, carnet de commandes, perspectives de développement, toutes ces informations sont tenues "confidentielles". On apprend tout de même que l’entreprise recrute environ 70 personnes de profil ingénieur, dont plus de la moitié pour le site de Bruz. "La région rennaise est un atout pour séduire ce genre de profil, assure le directeur. Même s’il y a beaucoup de concurrence avec d’autres entreprises du secteur technologique."

Les ventes des avions Rafale génèrent la croissance

La nouvelle unité va permettre de fournir aux utilisateurs des avions de combat Rafale - vendus par son propriétaire Dassault Aviation -, les simulateurs nécessaires à la formation, l’entraînement et la préparation opérationnelle des forces. Car c’est bien le succès des contrats Rafale Export qui a conduit Sogitec à pousser les murs. "Les carnets de commandes sont bien remplis, ajoute André Piaton. Et nous suivons le rythme de la maison-mère. Certains contrats qui incluent des centres d’entraînement en simulation multicockpits au combat collaboratif demandent une place que nous n’avions plus." L’Inde, L’Indonésie et les Émirats arabes unis ont récemment passé commande au constructeur français. "Par ailleurs, nous avons prévu de produire ici les simulateurs du nouvel hélicoptère Interarmées léger, le Guépard, dont nous avons remporté le contrat l’année dernière pour équiper l’armée de l’Air, la Marine Nationale, l’armée de Terre et la gendarmerie", ajoute le dirigeant. Le nouveau bâtiment répond également aux nouveaux besoins en matière de simulateurs de drones. Dans la salle d’exposition, les simulateurs ressemblent à de grands jeux vidéo grandeur nature, avec casques de réalité virtuelle, manettes de pilotage et armes factices.

Des terrains opérationnels virtuels

Si les premiers simulateurs créés à partir des années 80 avaient principalement pour but d’assurer l’entraînement et la sécurité des pilotes, de travailler sur l’apprentissage des phases de vol risquées comme le décollage et l’atterrissage, leur utilisation est beaucoup plus vaste aujourd’hui. "Grâce aux progrès des technologies numériques, les simulateurs peuvent placer les pilotes dans des environnements représentatifs des véritables théâtres d’opérations, explique André Piaton. Le défi, à court terme, sera celui du combat collaboratif global, avec la maîtrise de toutes les connexions entre les différents acteurs, aériens, terrestres et navals qui concourent à la même mission".

Ille-et-Vilaine # Industrie # Aéronautique # Investissement immobilier