Saint-Étienne
À Saint-Etienne, l’inquiétude grandit autour de Casino
Saint-Étienne # Distribution

À Saint-Etienne, l’inquiétude grandit autour de Casino

S'abonner

À Saint-Etienne, le feuilleton Casino inquiète de plus en plus les salariés mais aussi les politiques, à l’image du maire et président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau, qui n’a pas hésité à évoquer un manque de transparence sur le projet du consortium de repreneurs.

Casino et Saint-Etienne, une histoire commune qui a démarré en 1898. Environ 2 000 personnes travaillent toujours au siège stéphanois du groupe — Photo : Gilles Cayuela

L’inquiétude grandit à Saint-Etienne autour du dossier Casino. Ce mardi 5 décembre, des centaines de salariés du groupe se sont réunis devant le siège social du géant stéphanois de la grande distribution. Ils étaient 900 personnes, selon la préfecture, 2 000 selon les syndicats, à manifester leurs inquiétudes et leur colère, suite aux dernières annonces concernant la possible cession de nouveaux hypermarchés et supermarchés à la concurrence.

Gaël Perdriau dénonce un manque de transparence

Les représentants syndicaux du groupe Casino et de sa filiale logistique Easydis ont, eux, été reçus mardi en fin de matinée par le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau. Partageant les inquiétudes de ces derniers, le maire a souligné que "le manque de transparence sur le projet des repreneurs crée de légitimes inquiétudes en termes d’emplois au siège mais également dans les magasins et les entrepôts du groupe, et si l’engagement de garder un siège social à Saint-Etienne est fort, celui-ci n’est pas suffisant car il faut que ce siège soit animé des 2 000 emplois, qui aujourd’hui, font vivre le groupe".

Pour les syndicats, la perspective de nouvelles cessions de magasins aura inévitablement des conséquences en termes d’emplois au sein de la filiale logistique et au siège social stéphanois qui centralise les fonctions support des enseignes Casino.

Une dette sous-estimée ?

L’inquiétude est d’autant plus grande que les syndicats ont appris par le député LREM de la Loire Quentin Bataillon, présent lors de la rencontre avec le maire de Saint-Etienne, que la dette du groupe serait plutôt de l’ordre de 10 à 12 milliards d’euros (contre 6,4 Md€ à fin 2022) et que la cession des nouveaux magasins serait très probablement validée le 20 décembre.

"Il tient ces informations d’une rencontre avec le consortium (de repreneurs, NDLR) et avec les membres du gouvernement. Sachant que le consortium doute des chiffres qui lui ont été communiqués (par la direction du groupe Casino, NDLR) au mois de juillet", assure Didier Marion, représentant CFE-CGC, dans les colonnes de notre confrère IF Saint-Etienne.

La direction de Casino garde pour l’heure le silence. Une rencontre avec les représentants syndicaux est prévue ce jeudi 7 septembre.

Saint-Étienne # Distribution