Nouvelle-Aquitaine
Rodolphe Lilamand (In Extenso) : "Les levées de fonds en 2023 montrent une bonne résilience en Nouvelle-Aquitaine"
Interview Nouvelle-Aquitaine # Start-up

"Les levées de fonds en 2023 montrent une bonne résilience en Nouvelle-Aquitaine"

S'abonner

Avec 278 millions d’euros levés en 2023, les entreprises de Nouvelle-Aquitaine subissent le repli constaté en France et dans le monde. Pour autant, le nombre d’opérations et l’amorçage présentent de bons indicateurs tout comme certains secteurs, comme l’analyse l’expert d’In Extenso Rodolphe Lilamand.

Rodophe Lilamand expert en levée de fonds — Photo : In Extenso

Les levées de fonds opérées en Nouvelle-Aquitaine en 2023 sont bien moins élevées (278 M€) que l’an dernier (663 M€) qui était un cru exceptionnel. Comment les qualifieriez-vous cette année ?

Les levées de fonds suivent la tendance au national et en Europe. Le montant total est moindre et la région se classe cinquième, derrière l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Paca et l’Occitanie. Mais ces levées montrent un bon dynamisme sur l’amorçage - multiplié par 2,5 - et sur le nombre d’opérations (+27 %). Cela prouve une bonne résilience. Nous avons assisté à des opérations plus nombreuses (70, classant la région troisième de France de ce point de vue), mais de moindre importance (le ticket moyen est de 4,3 M€). Malgré le reflux, il y a une réserve disponible chez les investisseurs privés et les fonds d’investissement.

Quels ont été les secteurs porteurs* ?

Le Newspace au sens large s’impose de plus en plus comme un secteur dynamique (les financements ont été multipliés par cinq par rapport à 2022, notamment grâce au tour de table de plus de 40 millions d’euros de The Exploration Company, NDLR), il se démocratise, c’est une vraie tendance et la Nouvelle-Aquitaine a des atouts à faire valoir. Il y a quelques années, les opérations portaient davantage sur les drones. Par ailleurs, si la fintech a beaucoup baissé, les cleantech liées à la transition énergétique et l’IA progressent, tout comme la medtech (biotech, e-santé).

Faut-il percevoir dans le bilan 2023 des sources d’inquiétude ?

Le plus difficile reste la réalisation des séries A. Le taux de transformation entre les seed et les séries A a beaucoup baissé. C’est vrai aux États-Unis, en Europe et en Nouvelle-Aquitaine. C’est une tendance à surveiller. Il faut que les investisseurs mettent moins de temps à déployer leur capital. Nous pouvons craindre qu’en 2024 la réalisation s’annonce aussi complexe.

*En 2023, le top 5 comprend la start-up girondine qui conçoit des capsules spatiales The Exploration Company (40,5 M€), le groupe bordelais Eklo Hôtels (35 M€), le fournisseur de centrales solaires bordelais Newheat (30 M€), la start-up Dioxycle qui capte le CO2 (15 M€), qui depuis a déménagé de Bordeaux à Paris, et l’entreprise corrézienne de biostimulants pour l’agriculture Axioma (15 M€).

Nouvelle-Aquitaine # Start-up # Levée de fonds # Réseaux d'accompagnement # Conjoncture