Finistère
Remettre le management au service du travail
Avis d'expert Finistère # Management

Remettre le management au service du travail

Être un bon manager suppose de respecter certains principes et de travailler sur le long terme pour les mettre en application.

Lionel Honoré, professeur des Universités, IAE de Brest, Université de Bretagne Occidentale (UBO) — Photo : DR

Cibler le management comme étant une des causes des dysfonctionnements et des pathologies organisationnels et du travail est devenu un lieu commun. Ainsi, les managers seraient des obstacles à la bonne réalisation du travail, des sources de stress pour les salariés ou encore des vecteurs de coûts cachés destructeurs de la performance. Pourtant, le rôle du management est, à l’inverse de tout cela, de permettre une réalisation du travail performante et de placer les individus et les équipes en situation d’efficacité ! Risquons-nous à essayer de repérer à quelles conditions !

Quels sont les principes que le management devrait suivre pour devenir un vecteur plus positif que négatif tant pour l’entreprise que pour les salariés. Il y en a au moins cinq.

Le premier principe est l’humilité managériale. Un bon manager saura se mettre en retrait de la recherche de solutions en laissant la place aux idées des équipes, car il ne sait pas ce qu’il faut faire. Son rôle est d’organiser, pas de réaliser, il doit se considérer non pas comme un chef, mais comme un organisateur/facilitateur au service de son équipe.

Le deuxième principe est celui de la subsidiarité décisionnelle. Chaque décision doit être prise par les acteurs et au niveau opérationnel les plus pertinents. Ce n’est pas le niveau hiérarchique qui détermine le pouvoir de décision, mais la pertinence opérationnelle et fonctionnelle. Il faut donc élaguer la fonction managériale de tout ce qui serait mieux décidé par les équipes.

Travail et réflexion

Le troisième principe vise à redonner du temps à la réflexion en adoptant des outils spécifiques. L’intelligence n’est pas une affaire de potentiel ou de QI, mais de travail. Un manager doit donc faire l’effort de lire pour acquérir ces outils de réflexion théorique et s’accorder du temps pour penser ses actions.

Le quatrième principe consiste à valoriser une approche factuelle, ce que les Anglo-Saxons nomment "l’Evidence Based Management" qui suppose de prendre le temps de s’intéresser au terrain et d’être présent auprès de ses équipes, de renoncer à manager à distance en ne se fiant qu’à des indicateurs ou autres outils de pilotage. Un management efficace doit être pragmatique et situé au plus près de la réalisation du travail.

Enfin, un cinquième principe s’impose en guise de conclusion qui demande d’oublier l’idée de talent managérial. Être un bon manager n’est ni inné ni définitif, c’est une qualité qui se construit par le travail et nécessite des efforts constants.

Finistère # Management