Occitanie
Pour Jean-Louis Pech, PDG d’Actia, il faut "aider les entreprises à capitaux familiaux"
Occitanie # Industrie # Politique économique

Pour Jean-Louis Pech, PDG d’Actia, il faut "aider les entreprises à capitaux familiaux"

Dirigeant de l’ETI toulousaine Actia, Jean-Louis Pech estime que les entreprises familiales ancrées dans les territoires sont l’une des clés pour réindustrialiser la France.

Jean-Louis Pech, PDG d’Actia : "Les ETI familiales sont entendues mais pas forcément aidées aujourd’hui" — Photo : Actia Group

Pour Jean-Louis Pech, la réindustrialisation doit passer par les entreprises familiales et les territoires. PDG du fabricant de systèmes électroniques Actia (3 700 salariés, 500 M€ de CA), le dirigeant toulousain s’interroge sur la façon dont les politiques souhaitent réindustrialiser le pays. Quelques semaines après l’opération de marketing territorial Choose France orchestrée par l’Élysée pour séduire les investisseurs internationaux, il constate que le gouvernement dresse parfois "des ponts d’or pour implanter des groupes dont les centres de décision sont à l’étranger". Ces groupes internationaux peuvent avoir "des approches opportunistes", différentes de celle des entreprises ayant leur centre de décision en France, qui sont "engagées et se battent pour leur territoire". Ces entreprises familiales, le gouvernement ne doit pas les oublier, appuie Jean-Louis Pech. "Les ETI familiales sont entendues mais pas forcément aidées aujourd’hui", assure-t-il.

Vision stratégique sur 20 ans

Ce dont elles ont besoin ? D’une vision stratégique qui s’inscrive dans la durée : "Cinq ans, c’est du court terme, l’industrie se bâtit sur 20, 30 ans". Cette vision stratégique doit permettre aux entreprises de gagner en productivité, avec des impôts de production et une fiscalité qui doivent revenir dans la moyenne européenne. "Il faut aussi être raisonnable dans la multiplication des règlements et des injonctions contradictoires". Les 720 nouveaux textes réglementaires qui voient le jour chaque année ne coûteraient pas moins de 28 milliards d’euros aux ETI tricolores, selon une récente étude du Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (Meti). Autre cheval de bataille du PDG d’Actia : les compétences. "L’industrie doit reconquérir une attractivité auprès des jeunes".

Occitanie # Industrie # Banque # Politique économique