Région Sud
Océane Lantez (Geiq Paca) : "Nous augmentons les chances des candidats d’intégrer des secteurs qui recrutent"
Interview Région Sud # Organismes de formation # Social

Océane Lantez déléguée régionale du Comité régional des Geiq Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur "Nous augmentons les chances des candidats d’intégrer des secteurs qui recrutent"

S'abonner

Implantés en région Paca depuis 1996, les Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification sont un outil RH au service des entreprises. Pour répondre aux problèmes structurels de recrutement, ils ont mis en place le dispositif "Geiq do it" à destination d’un public éloigné de l’emploi.

Océane Lantez, déléguée régionale des Geiq Paca — Photo : DR

Depuis quelques mois, les Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification de région Paca expérimentent un nouveau dispositif pour répondre aux tensions de recrutement. Comment fonctionne-t-il ?

C’est une nouvelle piste qu’explorent les 16 Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq) en région Paca, représentant 12 secteurs d’activité, des secteurs majoritairement identifiés comme étant des secteurs en tension : BTP, propreté, agroalimentaire, logistique, espaces verts, sport, animation, hôtellerie-restauration, médico-social, aide à domicile, transport de voyageurs ou encore agriculture.

Lancé en octobre 2022 et financé par le fonds Sud Compétences de la Région Sud, le dispositif "Geiq do it" a clôturé la semaine dernière deux nouvelles sessions à Vitrolles et Marseille. D’autres ont déjà eu lieu à Carpentras, Cavaillon et Avignon, à Nice et Toulon. Au total, 63 candidats ont déjà pris part à ces formations et une prochaine session est organisée à Aix-en-Provence du 3 au 6 avril. Nous leur proposons pendant quatre semaines, des ateliers interactifs, des sorties, des rencontres, une immersion professionnelle et, quand cela est nécessaire, un coaching socioprofessionnel jusqu’à la signature du contrat.

Que recherchent les Geiq de Paca à travers ce nouveau programme ?

Le rapport au travail a changé, l’adéquation entre candidats à l’embauche et employeurs ne se fait plus aussi bien. Avec le "Geiq do it", nous proposons une sorte de sas à des personnes éloignées de l’emploi avant la signature du contrat. Il s’agit pour elles de mieux connaître les codes en entreprise, de développer leurs compétences liées au savoir-être ou aux outils numériques, de gérer leur stress, et en définitive, de prendre la température des entreprises dans lesquelles elles seront amenées à travailler. Ce dispositif permet ainsi de consolider des parcours d’un côté, de conforter un recrutement de l’autre.

Il mobilise potentiellement les 390 entreprises des Geiq en Paca et 32 d’entre elles ont déjà ouvert leurs portes à des stagiaires du dispositif pour un stage de découverte des métiers.

Il repose sur la certitude qu’à l’issue du programme, un contrat de travail ou une formation peuvent être proposés à chaque candidat.

"32 entreprises régionales ont accueilli des stagiaires pour une découverte des métiers."

Ainsi, à Vitrolles et Marseille, sur 8 stagiaires qui sont allés au bout de la formation, trois personnes ont déjà signé un contrat, un contrat est en cours de signature, une personne se réoriente et trois autres restent en contact avec les Geiq.

À Avignon, le "Geiq do it" avait également donné de bons résultats : 70 % des personnes présentes sont entrées en parcours professionnel. Lorsqu’il y a un échec, c’est bien souvent lié à une problématique de mobilité, ou à une adéquation en termes d’horaires de travail.

Les Geiq reposent sur une logique sectorielle. D’autres Geiq sont-ils en cours de création en région Paca ?

Deux Geiq ont été créés fin 2022, l’un sur le secteur agricole dans le Vaucluse, l’autre autour des métiers de la mer (maintenance, stratification, industrie nautique) à Marseille.

Des études ont démarré ou vont être prochainement lancées pour examiner la pertinence de créer trois autres Geiq. Le premier évoluerait dans la mobilité et serait porté par Mobilians, le principal mouvement d’entrepreneurs des métiers de la mobilité. Un autre viserait les services à la personne dans les Alpes-Maritimes. Le troisième opérerait dans le secteur de la formation pour former des formateurs : il serait porté par l’Union régionale des organismes de formation Paca, il permettrait d’adresser un nouveau public, des personnes en reconversion auxquelles nous pourrions proposer une montée en compétences, pour les amener à prendre en charge l’animation d’une formation jusqu’à la réalisation complète de l’ingénierie pédagogique.

Région Sud # Organismes de formation # Social # Ressources humaines