Finistère
L’activité du groupe Nezou relancée suite à sa reprise par le parisien Métis
Finistère # BTP # Fusion-acquisition

L’activité du groupe Nezou relancée suite à sa reprise par le parisien Métis

S'abonner

Le groupe parisien Métis, spécialisé dans la rénovation de biens d’exception, a racheté les actifs du groupe finistérien Nezou placé en liquidation judiciaire fin 2023. Une partie des équipes a été réembauchée, et les chantiers ont été repris, sous la bannière d’une nouvelle société : Atelier Lignal.

Matthieu Camuset, président du groupe Métis (à g.) et Jean-Philippe Nezou, directeur général de l’Atelier Lignal — Photo : Jonathan Konitz

Nezou Constructions (maisons individuelles) et Maisons Lignal (constructions bois), les deux sociétés du groupe finistérien Nezou font désormais place à la société Atelier Lignal suite au rachat du groupe Nezou (39 salariés, 4 M€ de CA en 2023) par le groupe Métis début janvier 2024.

"Entre le rachat des actifs (lieux, outils, véhicules, etc.) et l’argent injecté pour relancer la machine, c’est un investissement à hauteur de 600 000€ ", résume Matthieu Camuset président du groupe parisien Métis. Le cœur de l’activité ? La construction de maison individuelle, la rénovation, l’extension d’habitation et l’ossature bois, avec pour clientèle les particuliers, professionnels et collectivités.

Hausse des prix des matériauxet baisse des crédits immobiliers

2023 avait été une année difficile pour Nezou, à cause d’une trésorerie affaiblie suite à la période post-Covid et à la hausse des prix des matériaux. "Avec un contrat chiffré deux ans plus tôt, ça devenait très impactant pour l’entreprise", résume pudiquement Jean-Philippe Nezou, directeur général de l’Atelier Lignal. La réduction du nombre de crédits immobiliers pour les particuliers a davantage compliqué la situation en ralentissant l’activité.

Le choix de Matthieu Camuset, dirigeant de Métis d’investir dans le groupe Nezou, ne s’est pas fait par hasard. Les deux hommes se sont rencontrés à l’été 2023, sur un chantier dans le Pas-de-Calais et très vite le patron de Métis s’est positionné pour épauler celui de Nézou."Nézou est une entreprise qui prend des risques, qui s’engage, qui a des salariés, un atelier, des outils, des logiciels, etc. Ce n’est pas un constructeur qui va sous-traiter 100 % de son travail. C’est quelque chose qui me parle", confie Matthieu Camuset.

Carnet de commandes à 6,5 millions d’euros

L’Atelier Lignal et ses 26 salariés ne démarrent pas de zéro pour leur année de reprise. L’entité dispose d’un carnet de commandes de 6,5 millions d’euros correspondant à "des chantiers démarrés ou déjà contractés par les anciennes sociétés du groupe Nezou, assure Matthieu Camuset. Ils se poursuivront aux conditions prévues. Personne ne sera laissé sur le carreau même si les personnes sont libres de ne pas vouloir continuer avec nous." D’ici l’année prochaine, L’Atelier Lignal espère atteindre 9 millions d’euros de chiffre d’affaires, son "rythme habituel", affirme Jean-Philippe Nezou.

Les chantiers couvrent une zone géographique allant du Nord à la Bretagne en passant par la région parisienne.

Aller plus loin dans la préfabrication

Au cœur de ses 5 600 m² de bâtiments, l’Atelier Lignal souhaite dorénavant "tester la construction modulaire, aller plus loin dans la préfabrication, planifie Matthieu Camuset. Ça veut dire que l’on va assembler les murs et les planchers à l’atelier, on va aller très loin dans le niveau de finition. Nous allons faire l’électricité, la plomberie, les habillages…" Objectif ? Livrer une pièce de maison quasi-terminée sur le chantier et réduire ainsi le temps d’intervention sur le chantier.

Jean-Philippe Nezou et Matthieu Camuset s’intéressent également au béton de chanvre coulé dans les murs en bois. Une expérimentation est en cours avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) en région parisienne. "Des boîtiers vont tester l’hygrométrie des murs et leur réaction au fil des saisons", précise Matthieu Camuset. Avec, au bout du chemin, une nouvelle compétence pour l’entreprise.

Finistère # BTP # Fusion-acquisition # PME # Investissement # Reprise