Nantes
Florence Touzé-Rieu : "L’entreprise est un lieu de sensibilisation à la RSE et un lieu de transformation possible"
Interview Nantes # Organismes de formation # RSE

Florence Touzé-Rieu professeure "L’entreprise est un lieu de sensibilisation à la RSE et un lieu de transformation possible"

S'abonner

Florence Touzé-Rieu est enseignante et chercheuse à Audencia, grande école de commerce située à Nantes. Elle vient de piloter une étude sur la RSE avec l’objectif d’identifier les points de blocage et les leviers d’actions possibles pour embarquer les salariés dans la stratégie RSE en entreprise.

Florence Touzé-Rieu, professeure, enseignante-chercheuse à Audencia, et titulaire de la Chaire Impact Positif — Photo : David Pouilloux

Vous êtes professeure, enseignante et chercheuse à Audencia, à Nantes. Vous êtes également titulaire de la Chaire Impact positif. Comment la RSE fait-elle partie de votre quotidien ?

J’enseigne à mes étudiants la stratégie de marque, le marketing et la communication, avec une approche durable ou responsable. Par ailleurs, la chaire dont j’ai la responsabilité a vocation à produire de la connaissance sur les questions de transition des modèles économiques, à questionner les pratiques, voire à les remettre en cause. Nous le faisons avec nos partenaires mécènes, des entreprises et des collectivités, pour et avec nos étudiants. La première chaire RSE a été créée voilà près de 15 ans, à Audencia, par mon ancien collègue André Sobczak. Nous avons donc une vraie longueur d’avance à Audencia sur ce sujet-là.

Vous venez de piloter et de publier une étude sur la RSE, où vous avez interrogé 430 personnes. Quel était l’objet de cette étude ?

Après dix ans d’efforts pour convaincre qu’il fallait s’engager sur cette thématique, l’idée de s’intéresser à la RSE et de déployer une stratégie RSE au sein d’une entreprise n’est aujourd’hui plus un sujet. En particulier depuis 3 ans, où le Covid et la conscience aiguë du changement climatique ont eu un impact très fort et fait prendre conscience de l’importance des efforts à conduire. Pour autant, les stratégies mises en place ne donnent pas encore complètement les résultats que l’on pouvait attendre d’elles. À partir d’entretiens, nous avons proposé d’écrire un rapport d’étonnement sur la perception de la stratégie RSE de certaines des entreprises partenaires de la Chaire, comme le Crédit Agricole, Éram, GRDF, KPMG, Nantes Métropole. Nous avons apporté un œil extérieur et interrogé salariés et dirigeants. Il y avait des points de blocage au sein des entreprises qui n’arrivaient pas forcément à embarquer tous leurs salariés dans leur stratégie, et les résultats n’étaient pas au rendez-vous. L’étude proposait de les identifier et elle donnait également des leviers pour agir, afin de faire mieux et d’accélérer.

Quels sont les résultats de votre étude, et notamment les principaux points de blocage que vous avez identifiés ?

Il y en a cinq principalement : la formation, la collaboration, la communication, l’implication et l’incarnation. Le blocage s’opère quand la formation des salariés à la RSE n’est pas assez aboutie. Idem lorsque la collaboration des salariés pour élaborer la stratégie RSE est insuffisante. Si la communication n’est pas assez claire, c’est la même chose. Il est important d’expliquer pourquoi on s’engage dans la RSE, comment on l’applique dans son secteur d’activité et qu’est-ce que chacun peut faire à son niveau. Il est indispensable d’assurer la communication régulière des résultats obtenus. Il faut aussi une implication forte des cadres ou managers intermédiaires qui portent la stratégie au plus près des salariés. Enfin, l’incarnation est très importante. La dirigeante ou le dirigeant doit être le porte-drapeau de la RSE, être convaincu et convaincant sur les sujets de l’environnement, du social et du sociétal. La cheffe ou le chef d’entreprise doit démontrer son engagement.

Cela rejoint-il la quête de sens au travail ?

En effet, notre précédente enquête sur la quête de sens au travail montrait justement que les salariés, dans tous les secteurs, sont massivement prêts à agir, sont attachés à des sujets comme la sobriété, et sont ouverts à changer leurs pratiques. Mais pour qu’ils se sentent embarqués, impliqués, sur la durée, il est important que ces leviers d’actions soient mobilisés de la meilleure des manières et sur le temps long. Tout le monde doit être formé, impliqué et travailler dans le même sens pour obtenir des résultats probants qui auront un impact positif sur notre monde. L’entreprise est un lieu de sensibilisation à la RSE et un lieu de transformation possible, et qui peut avoir un impact y compris dans sa vie personnelle ensuite. Si l’on fait mieux au travail, on peut imaginer que l’on fera faire mieux à la maison. Nous sommes des salariés, mais aussi des citoyens.

Nantes # Organismes de formation # RSE