Caen
Après avoir séduit plusieurs fédérations, la start-up LightBack veut révolutionner la santé des sportifs
Caen # Santé # Start-up

Après avoir séduit plusieurs fédérations, la start-up LightBack veut révolutionner la santé des sportifs

S'abonner

La start-up caennaise Seraf Physio Pro a levé 1,3 million d’euros en 2023 pour pousser le déploiement de son produit phare, le Lightback. Cet outil, élaboré par un kiné, sert au travail musculaire des grands sportifs, mais il séduit de plus en plus de professionnels de santé.

Thomas Serafin, le créateur de Seraf Physio Pro, avec Alexandre Dars, son cousin, associé et directeur général de la société caennaise — Photo : Seraf Physio Pro

Lancé depuis octobre 2022 par la start-up Seraf Physio Pro, installée sur le campus EffiScience à Colombelles (Calvados), l’appareil de travail musculaire Ligthback est en train de se faire un nom parmi les sportifs de haut niveau et leurs préparateurs physiques. Les fédérations françaises de football et d’athlétisme l’utilisent, les vestiaires de Manchester City ou du Real Madrid pourraient l’accueillir prochainement, les stades Malherbe et Rennais l’ont adopté. Utilisateur convaincu, le footballeur international français Eduardo Camavinga a été le premier investisseur à soutenir le projet.

Recrutements à venir

Athlètes, professionnels de santé et entrepreneurs de la région ont investi dans la récente levée de fonds de 1,3 million d’euros, conduite entre mai et novembre 2023. Cet apport doit permettre d’accélérer le développement commercial du Lightback. La start-up Seraf Physio Pro, trois personnes aujourd’hui, va recruter du personnel commercial et marketing pour faire sa place dans les secteurs du sport et de la santé.

Le Lightback s’inspire d’un geste de thérapie manuelle, en l’amplifiant et le bonifiant — Photo : Simon Morcel

En jouant sur les muscles fessiers de façon inédite, le Lightback et sa planche aménagée, équipée de sangles, permet une compression forte, avec un effet instantané. Cela reprend un geste de thérapie manuelle, en l’amplifiant et en le bonifiant. L’initiateur de cet outil, Thomas Serafin, est kinésithérapeute pour sportifs de haut niveau. Il a officié notamment pour le Stade Malherbe à Caen et pour le Stade Rennais, et est aujourd’hui le kiné attitré de joueurs de football madrilènes dont Eduardo Camavinga, qu’il a suivi depuis Rennes. En 2018, Thomas Serafin pousse la porte du cabinet d’ingénierie caennais The Use Factory, lui demandant de l’aider à élaborer un outil capable d’améliorer ce geste de compression. Un brevet est déposé en 2019, détenu à 75 % par Thomas Serafin et à 25 % par The Use Factory. Seraf Physio Pro est créée.

Un intérêt pour les femmes enceintes

Suivent des années de Covid et de "test & learn". Alexandre Dars, cousin du créateur et auditeur financier, rejoint l’aventure fin 2021 comme associé et directeur général. Thomas Serafin en reste le président et se charge du volet commercial, en marge de son activité de kiné. En janvier 2022, une première levée de fonds de 225 000 euros permet d’obtenir les extensions de brevet dans plusieurs pays du monde. Le lancement officiel du Lightback a lieu en octobre 2022 au salon Reeduca (Paris), où il remporte le prix de l’Innovation de l’année.

Depuis, une centaine de Lightback ont été vendus. Le premier client a été un ostéopathe, tellement séduit par ce système qu’il fait également partie des récents investisseurs. De fait, l’outil intéresse les professionnels de santé. Hanches, bassin, fessiers constituent le centre de gravité du corps. "La moitié des femmes enceintes rencontrent des problèmes de sciatique", glisse Alexandre Dars. Le Lightback peut aussi soulager les douleurs liées à l’arthrose, à la maladie de Parkinson, etc. La start-up normande temporise avant de se positionner sur le domaine médical, car elle doit être certifiée pour cela. "Nous recevons des retours positifs, mais subjectifs. Nous voulons maintenant les objectiver", explique le directeur général. Il attend notamment la publication prochaine d’une étude indépendante d’une université étrangère.

Une V2 adaptée à toutes les tailles

Outre l’efficacité avérée du Lightback, l’entreprise met en avant la durabilité de son produit. "100 % made in France et 100 % mécanique : c’est un produit fiable, qui fonctionnera encore dans 10 ou 15 ans", assure Alexandre Dars. Seraf est propriétaire de ses moules, utilisés par des entreprises prestataires en France. Les pièces sont assemblées par la start-up, dans son atelier de Démouville (Calvados).

Ce mois-ci voit le lancement de la nouvelle version du Lightback. Celle-ci va corriger un défaut de la première, qui n’était pas adaptée aux basketteurs de plus de deux mètres ou aux personnes de 1,50 m. À moyen terme, Seraf cherche à élaborer une version transportable de son produit en sac à dos, pour qu’il puisse suivre les sportifs sur leur lieu de compétition (il pèse 14 kg aujourd’hui). Autre évolution envisagée ensuite : un moyen de fixer facilement l’appareil sur les tables de kiné, pour que les patients n’aient pas à se courber jusqu’au sol, surtout s’ils ont un lumbago…

S’il ne se prononce pas sur le chiffre d’affaires, Alexandre Dars glisse : "Nous avons un objectif de 300 unités vendues sur 2024". Avec un prix de vente public de 3 325 euros hors taxes par produit, cela représenterait près d’un million d’euros.

Caen # Santé # Start-up # Levée de fonds # Sport # Healthtech
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise SERAF PHYSIO PRO