Grand Est

Collectivité

La nouvelle préfète de la région Grand Est veut tisser des liens avec les entreprises

Par Lucie Dupin, le 04 février 2020

Josiane Chevalier succède à Jean-Luc Marx à la tête de la préfecture de la Région Grand Est. La haut fonctionnaire est également préfète de zone de défense et de sécurité Est et préfète du Bas-Rhin. Des rendez-vous avec les représentants du monde économique et des visites d'entreprises sont prévus.

Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est
Josiane Chevalier est la nouvelle préfète de la région Grand Est et succède à Jean-Luc Marx. — Photo : © DR

Celle qui a débuté sa carrière à la sous-préfecture de Vitry-le-François, dans la Marne, dit avoir « appris le métier » dans ce qui est devenu depuis la Région Grand Est. Josiane Chevalier, nouvelle préfète de la Région Grand Est entrée en fonction le 3 février, va consacrer ses premières semaines de prise de poste à des rencontres de terrain thématiques. « Il existe ici une religion du partenariat, aussi bien dans le monde économique, qu’associatif, agricole etc », défend la haut fonctionnaire âgée de 62 ans.

Une visite chez Bugatti

Josiane Chevalier s’apprête notamment à rencontrer les services de la préfecture du Haut-Rhin dans la perspective de la reconversion de la centrale nucléaire de Fessenheim. La préfète estime ainsi « qu’il faut réussir le projet de territoire globalement ». Pour elle, une entreprise « doit être accompagnée dès qu'elle émet un projet, notamment d’implantation ». La haut fonctionnaire a notamment cité le projet de prolongement du parc de loisirs allemand Europa-Park en Alsace, dans les environs de Plobsheim. Dans ce contexte, la préfète a rappelé « qu’il faut être attentif aux consommations d’espaces pour éviter l’étalement urbain et retrouver un équilibre avec les terres agricoles ».

Des rendez-vous avec les représentants du monde économique sont en cours, tout comme des visites aux fleurons industriels régionaux. Josiane Chevalier a ainsi annoncé se rendre prochainement chez Bugatti, à Molsheim. Elle se dit être à l’écoute des besoins des chefs d’entreprise et pourra mobiliser des référents au niveau national pour des dossiers complexes, « comme la géothermie par exemple ».

Un passage en Corse qui lui servira en Alsace

Diplômée de l'Institut Régional d'Administration de Lyon et d'un DESS en management des politiques sociales, Josiane Chevalier occupait précédemment le poste de préfète de Corse et Corse-du-Sud après avoir été préfète de l'Essonne, des Pyrénées-Orientales et du Tarn. Elle voit dans sa nomination à Strasbourg « une marque de confiance du gouvernement » d’autant que, d’ici un an, la Collectivité européenne d’Alsace prendra forme. Et elle entend bien apporter son expérience sur ce dossier.

« L’Etat doit être porteur d’unité et de cohésion tout en appliquant le droit à la différenciation. Je le tiens de mon passage en Corse, cette collectivité unique à statut particulier. C’est un cas autour duquel il est possible de tirer des enseignements dans la perspective de la fusion des deux départements alsaciens ». La nouvelle préfète rappelle que « même si la Collectivité unique de Corse et la Collectivité européenne d’Alsace auront des statuts différents, l’expérience a montré qu’il a été bon de conserver les deux préfectures de département en Corse ».

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail